Début de débâcle à l’UMP

Ze Redac - 27 avril 2012 – par Renaudot

JP. Raffarin en "soutien" à N. Sarkozy - cc UMP Photos / Ze Rédac

La droite, et l’UMP en particulier, attachée à la valeur d’ordre, est connue pour être disciplinée, surtout en campagne électorale. Pas une tête ne dépasse et les éléments de langage sont récités consciencieusement.
Quand ses membres se lâchent, c’est que rien ne va plus. Et il faut croire que rien ne va plus, tellement cela part dans tous les sens depuis le premier tour.
Jean-Pierre Raffarin, pas n’importe qui Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre et personnage important dans le dispositif de campagne de Nicolas Sarkozy, vient de donner une interview  au journal Le Monde dans laquelle il soutient le président sortant comme la corde soutient le pendu en déclarant que le moment est à la loyauté mais que « le temps de l’analyse viendra après le 6 mai ». Comprenez : l’analyse des raisons de l’échec. Ajoutant : « si j’exprimais aujourd’hui des réserves, j’affaiblirais mon camp ». On a connu des soutiens plus enthousiastes… Et pour clore le tout, lui aussi se projette dans l’après en adoubant Jean-François Copé à la tête de l’UMP pour assurer la reconstruction de la droite.
Alain Juppé, également ancien premier ministre et actuel numéro 2 du gouvernement de Nicolas Sarkozy, s’est également permis de se projeter dans un après 6 mai perdu, lui aussi préoccupé par l’avenir de l’UMP, ce qui lui a valu une sévère mise au point du grand chef.
Claude Guéant, ministre de l’Intérieur et âme damnée du président, Chantal Jouanno, proche de François Fillon, sénatrice UMP et ancienne ministre, ont violé la ligne fixée par Nicolas Sarkozy en affirmant qu’ils voteraient pour le Parti Socialiste en cas de duel PS – FN au second tour d’une législative. Nouveau rappel à l’ordre sévère de Nicolas Sarkozy.
Lionnel Luca, député UMP et membre de la très progressiste droite populaire, se laisse allé et appelle la compagne de François Hollande Rottweiler au lieu de Trierweiler. Sur France 2, Nicolas Sarkozy a été obligé de se dire désolé et Yves Jégo et Dominique Bussereau, parlementaires UMP, l’ont publiquement désavoué.
Etienne Pinte, député UMP et proche du Premier Ministre, a condamné aujourd’hui de manière très explicite sur Mediapart la stratégie droitière de Nicolas Sarkozy, en précisant qu’un « grand nombre de parlementaires, même s’ils ne disent rien, n’en pensent pas moins ».
Henri Guaino, conseiller spécial et plume du président, disait dès hier à propos de la formule « vrai travail », « je ne reprends pas ce terme  (…) qui n’est pas de moi ». Bonjour la solidarité…
Toutes ces dissonances, toutes ces positions à hue et à dia, entre les deux tours d’une élection présidentielle qui sont la partie émergée de l’iceberg des états d’âme de la majorité, sont la marque d’une bataille sur le point d’être perdue, ce que chacun a intégré dans le camp de Nicolas Sarkozy. La débâcle commence. 
De Victor Obscur sur son Blog  » Le bateau UMP qui coule » 
About these ads

À propos de werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.