Maroc, une révolution contrôlée, actualité Monde : Le Point

viaMaroc, une révolution contrôlée, actualité Monde : Le Point.

Maroc, une révolution contrôlée

Le roi Mohammed VI du Maroc. © Abdelhak Senna / AFP

Par MIREILLE DUTEIL

Manifestement, Mohammed VI, le roi du Maroc, n’a pas perdu la main. Certains, dans le royaume chérifien, commençaient à s’inquiéter depuis que des jeunes et des associations de la société civile, après des appels lancés, comme partout ailleurs dans le monde arabe, via Facebook et Twitter, avaient commencé à manifester chaque dimanche dans toutes les villes du Maroc. Ils réclamaient des emplois, plus de justice sociale, moins de corruption et de népotisme. Quelques audacieux réclamaient même une monarchie parlementaire.

Mais dans ce pays où la révolution n’est pas à l’ordre du jour, et la contestation encore très policée, les partis ne s’étaient pas encore jetés dans la mêlée. Tous, y compris le Parti de la justice et du développement et le Parti islamiste présent au Parlement, se contentaient d’observer et d’attendre ce qu’allait faire le Palais avant de jeter de l’huile sur le feu et de faire descendre leurs troupes dans la rue. 

Monarchie parlementaire

Le roi les a tous pris de court. Le 9 mars, dans un discours télévisé, il annonçait une réforme constitutionnelle en sept points qui permettrait au pays, entre autres, d’avoir un Premier ministre « chef d’un pouvoir exécutif effectif ». En clair, Mohammed VI propose, ni plus ni moins, de devenir, à terme, le souverain d’une monarchie parlementaire. Comme en Espagne ? Il est trop tôt pour le dire. Mais cette référence espagnole avait été beaucoup utilisée lorsque Mohammed VI était arrivé au pouvoir en juillet 1999. L’idée en avait, à l’époque, été immédiatement réfutée par les autorités. C’était trop tôt.

Il est fort probable qu’il y aura encore bien des étapes entre la monarchie marocaine actuelle (où le souverain est le seul vrai décisionnaire) et une monarchie parlementaire. Mais c’est un premier pas dans cette direction. La Chambre des représentants (députés) devrait être dotée de pouvoirs élargis. Le discours royal a fait l’effet d’une bombe dans le pays. « Personne ne s’y attendait », affirme un homme d’affaires qui, la veille encore, s’inquiétait de l’absence de réformes politiques suffisantes dans le royaume. « Le roi nous propose plus que nous ne demandions », reconnaît-il. Il veut se rassurer : « Ce bouleversement profond mettra du temps avant d’être appliqué. »

Il est évident que les autorités marocaines, engagées dans une politique de modernisation économique et sociale du royaume, ont préféré prendre les devants plutôt que de se voir obligées de céder aux revendications de la rue. Sans oublier que certains de leurs alliés, en particulier les États-Unis, qui ont fait du royaume un des points forts de leur ancrage en Méditerranée, et soucieux d’éviter d’éventuels troubles, leur ont conseillé d’entreprendre des réformes politiques. Une commission va être chargée de proposer des réformes constitutionnelles d’ici le mois de juin. Elles devront ensuite être approuvées par référendum. D’ici là, partis, associations, société civile, tous seront consultés. Voilà qui augure d’un été politiquement chaud dans le royaume.

A propos Frédéric Baylot

MÉDITACTION, BANDE DESTINÉE & POLÉTHIQUE « Fer senzill i lleuger, per més serenitat i alegria. » http://frederic.baylot.org/
Cet article, publié dans Démocratie, International, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.