\ »C\’est sans doute parce qu\’on a pas été bons en Tunisie et en Egypte qu\’on en fait trop pour la Libye\ » – LePost.fr

via\ »C\’est sans doute parce qu\’on a pas été bons en Tunisie et en Egypte qu\’on en fait trop pour la Libye\ » – LePost.fr.

Nicolas Sarkozy est à l’avant-garde de la gestion de la crise libyenne. Il a reconnu l’opposition libyenne et promeut des frappes aériennes. Too much?

La France à la rescousse des insurgés libyens?
La France à la rescousse des insurgés libyens? | Montage Le Post d’après « Les Chevaliers du Ciel »

A se demander si dans 3 jours Nicolas Sarkozy ne va pas proposer aux insurgés libyens de leur prêter le Charles-de-Gaulle…

Jeudi, Nicolas Sarkozy a pris une nette avance sur… tous les autres pays du monde dans la crise libyenne, en reconnaissant le conseil national de l’opposition comme seul interlocuteur légitime de Libye (alors que l’Union Européenne attend d’en savoir plus sur qui sont ces insurgés exactement), et propose des frappes aériennes pour affaiblir le camp Kadhafi, qui regagne du terrain.

Si, sur le papier, proposer de recourir aux frappes aériennes est plus cohérent que de mettre en place une zone d’exclusion aérienne (beaucoup moins coûteux en avions, et l’aviation libyenne est presque une vaste blague, note Libération), si, sur le papier, soutenir l’opposition libyenne va dans le bon sens du point de vue moral… politiquement c’est très risqué.

« Il y a un risque, explique le spécialiste des questions de défense Jean-Dominique Merchet sur RMCLes avions, ça peut s’abattre. L’aviation libyenne, ce n’est pas grand chose, mais la DCA… Mais plus important, c’est l’effet politique que ça peut avoir. On choisit un camp contre l’autre, le bon, assurément. Mais est-ce que nous n’allons pas nous trouver isolés en Europe? Susciter des réactions négatives des pays arabes. On entre dans une logique qu’on ne contrôle pas. C’est sans doute parce qu’on n’a pas été bons sur les affaires tunisiennes et égyptiennes qu’on en fait un peu trop. Mais le curseur n’est jamais au bon endroit. »

Ce vendredi, Nicolas Sarkozy confrontera sa position aux 26 autres chefs d’Etat européens. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne part pas en terrain conquis. Le ministre allemand des Affaires Etrangères, Guido Westerwelle, a estimé que « nous ne voulons pas alimenter les moulins de la propagande de la famille Kadhafi qui clame dans tous le pays que l’Occident est coupable d’impérialisme, alors que ce n’est pas le cas! » (cité par Le Point) L’UE n’envisage d’intervenir militairement si l’ONU et surtout la Ligue Arabe leur en donne mandat.

Du coup, Gérard Longuet, ministre de la Défense, a entamé l’opération de rétropédalage. « La notion de frappe ciblée n’est pas prévue, a-t-il tenté surEurope 1. Le plan, c’est avant tout un embargo, et l’hypothèse des frappes aériennes fait partie de l’arborescence des possibilités. »

Nicolas Sarkozy pourra compter sur le soutien de David Cameron, le premier ministre britannique, avec qui il cosigne un texte pour appeler Kadhafi à partir.

A propos Frédéric Baylot

MÉDITACTION, BANDE DESTINÉE & POLÉTHIQUE « Fer senzill i lleuger, per més serenitat i alegria. » http://frederic.baylot.org/
Cet article, publié dans International, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.