Prix de l’humour politique 2011 : De nouveaux candidats

Sud-Ouest samedi 5 février 2011

Le jury du prix « Press club, humour et politique » poursuit son inventaire des petites phrases qui font (presque) mouche. Certaines risquent de coller longtemps à leurs auteurs…

Rions un peu en attendant le week-end. Le jury du Prix « Press club, humour et politique » présidé par Jean Miot a procédé vendredi à la deuxième sélection de petites phrases pour l’édition 2011. Le meilleur du pire – ou l’inverse, on ne sait pas trop – des traits d’humour plus ou moins volontaires des acteurs d’un microcosme politique mis en ébullition par la perspective de l’échéance présidentielle de 2012.

Pour cette deuxième sélection (la dernière aura lieu fin mai), le jury a retenu le meilleur des « petites phrases » collectées depuis le 1er janvier dernier

André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme : « Dans sa forme historique, le PC est mort ; mais il a encore de l’avenir ».

François Bayrou, président du MoDem : « Rassembler les centristes, c’est comme conduire une brouette pleine de grenouilles : elles sautent dans tous les sens ».

François Baroin, ministre du Budget : « Michèle Alliot-Marie conserve toute sa légitimité à Saint-Jean-de-Luz ».

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière: « Je ne serai peut-être pas élue présidente de la République, mais je ne serai pas la seule ».

François Hollande, député PS de Corrèze : « Mélenchon, ce qui est terrible, c’est qu’il a été socialiste toute sa vie et que toute sa vie ça va le suivre ».

Lors de la première sélection effectuée en décembre 2010, le jury avait retenu les « petites phrases » suivantes:  

Guillaume Bachelay, secrétaire national à l’industrie du PS, parlant de Ségolène Royal : « Qu’on commette des erreurs en politique c’est possible; qu’on les commette toutes, c’est fou ! ».

Gabriel Cohn-Bendit (frère de Daniel) : « Les Verts sont capables du meilleur comme du pire ; mais c’est dans le pire qu’ils sont les meilleurs ».

Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre : « Passer de ministre à promeneur de son chien suppose un énorme travail sur soi-même ».

Daniel Fidelin, député UMP de Seine-Maritime : « Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas ».

Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, après la tempête de neige sur l’Ile-de-France : « Il n’y a pas de pagaille ; la preuve le préfet a pu venir en trois minutes ».

Le prix, décerné par un jury composé d’humoristes et de journalistes, récompense l’auteur de la phrase la plus drôle de l’année, qu’il s’agisse d’humour volontaire ou involontaire. Il sera attribué en juin prochain.

Le prix 2010 était revenu à Eva Joly, eurodéputée Europe Ecologie-Les Verts, pour sa déclaration : « Je connais bien Dominique Strauss Kahn ; je l’ai mis en examen ».

Georges Frêche, président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, décédé le 24 octobre dernier, avait reçu le prix spécial du jury pour : « Des gens intelligents, il y en a 5 à 6% ; moi je fais campagne pour les cons ».

Les internautes avaient donné leur prix au ministre de la Culture Frédéric Mitterrand pour la phrase : « Quand on m’appelle monsieur le Ministre, j’ai toujours l’impression que Jack Lang va surgir derrière moi ! ».

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Humour, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.