La gouvernance de l’internet

France Info 18 mars 2011
Le Conseil de l’Europe veut protéger nos libertés sur la toile. Des cookies qui renseignent les annonceurs sur nos habitudes de navigation aux messages racistes diffusés en ligne, l’internet a besoin de garde-fous.
Du 14 au 17 septembre, l’ONU, avec le soutien du Conseil de l’Europe, a organisé à Vilnius, en Lituanie, un forum sur la gouvernance de l’internet. Ce sommet rassemblait près de 2000 personnes, des représentants des états, des experts issus de la société civile ainsi que des dirigeants d’entreprises comme Google et Facebook.
Objectif de cette rencontre : construire un cadre juridique adapté au Net, déterminer des règles claires pour protéger à la fois la liberté d’expression et la vie privée des citoyens. Pour Lee Hibbard, le coordinateur « internet » du Conseil de l’Europe, la coopération entre états est indispensable, car la toile se joue des frontières. Par ailleurs, chaque pays ne place pas la ligne jaune au même endroit.
 Exemple, « Google Street View », qui montre votre maison à tous, amis et cambrioleurs, n’a pas suscité beaucoup de réactions en France, alors que la république tchèque refuse pour le moment la capture d’images par le service de cartographie de Google. Les Allemands, eux, ont réussi à limiter la publication des photos recueillies par le moteur de recherche américain.
Autre volet de cette réflexion, le profilage, les traces que nous laissons malgré nous sur la toile. Au Conseil de l’Europe, Kateryna Gayevska travaille sur la protection des données. Les internautes, nous dit-elle, doivent apprendre la prudence, effacer leurs traces au fur et à mesure de leur navigation. Le Conseil de l’Europe prépare d’ailleurs actuellement une recommandation sur le profilage, pour obliger les sites à solliciter notre accord avant de nous expédier des cookies.
Pour le moment, les 47 sont à la pointe en matière de protection des citoyens sur la toile. Le Conseil de l’Europe a lancé dès 1981 une « convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel », seul instrument juridique international créé à ce jour. Le Conseil de l’Europe a aussi adopté il y a dix ans une convention sur la cybercriminalité. Enfin, dernier enjeu de ce forum de Vilnius : trouver le bon équilibre entre la liberté des médias et la lutte contre les discriminations.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Internet, Médias, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.