Neuf-quinze Contre Copé, l’urgence Todd

09h15 le 30 mars 2011 neuf-quinze@arretsurimages.eu
 Ce qui concourt énormément (principalement ?) à la séduction de Todd, c’est sa langue. Un intellectuel, une grosse tête, bardé de chiffres, de données, ayant digéré tous les parchemins et tous les grimoires, et qui en ressort indemne, regard affûté, insolence intacte, jubilant toujours de faire des moustaches à la Joconde pendant que le gardien regarde ailleurs, et sidérant ses publics par cette capacité, surhumaine quand on s’est frotté toute sa vie à la langue de coton de l’élite, d’appeler un chat un chat.
Il fallait entendre le tsunami Todd balayer France Inter ce matin, à grands coups de « Sarkozy considère que la droite est surtout riche et raciste, il se trompe », de « l’euro est foutu, tout le monde le sait » (tête de Guetta ! On la voyait, même à la radio), de « Mé lenchon est un gugusse, cet amour de la Chine, franchement », ou de « le peuple français n’est pas raciste, il est malheureux ». Un moment rare de radio, que je vous conseille d’écouter en totalité pour bien commencer la journée (et qui explique le retard exceptionnel du TGV du matinaute, pardon, ça ne se reproduira pas).
Puissance de cette langue intacte, qui nous réconcilie pour quelques secondes avec le discours public, nous guérit, nous console, de la langue de coton, justement, que nous infligent matin après matin les radios. Saisissement de cette transgression. Tétanisation ravie de l’auditeur. Ensuite, réfléchir.
 Le protectionnisme européen, que préconise Todd, est-il vraiment une solution à la désespérance sociale européenne, et française ? Suffit-il de sortir de l’euro, ou d’en offrir la perspective, pour que se dissipent tous les nuages ? Todd le laissait entrevoir sur notre plateau ce mois-ci, (1) où nous évoquions les révolutions arabes: l’économie n’est pas son coeur de métier. Donc, ne pas le prendre pour argent comptant. Ne pas s’inventer, à la h&aci rc;te, un faux prophète de plus. Mais de grâce, en débattre. Inclure dans la discussion publique cette pensée fulgurante, cohérente, et intègre. La placer au centre du village. La réfuter, si elle est réfutable, sans les esquives habituelles. Là. Maintenant. Tout de suite. Urgence nationale.
A propos de langue de coton, avant de me laisser submerger par le déferlement Todd, je souhaitais ce matin saluer comme elle le mérite l’incursion d’un très grand texte littéraire dans le débat quotidien, trop souvent médiocre. Dans une « lettre à un ami musulman », un grand humaniste contemporain tend enfin la main,  à travers cet ami, à l’Islam de France tout entier, pour le décharger du fardeau des calomnies et des caricatures. C’est le texte qu’on attendait. Le cri d’espoir et de fraternité qui, peut-être, va avoir une chance de renverser la table. Qu’en dire ? Je cherchais l’angle d’attaque, mais c’est Todd qui m’a offert le meilleur: cette sourde prise de conscience que les violences que l’on nous inflige, et les parades qu’il nous faut inventer, sont d’abord, dans l’immédiat, linguistiques. Dans l’ordre, donc, pour comprendre ce que je tente confusé ment d’exprimer, lisez ce matin la « lettre à un ami musulman » (2) de Jean-François Copé, et écoutez Todd.
 1) http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3800
(2) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/cope-lettre-a-un-ami-musulman_977445.html
Daniel Schneidermann

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.