Côte d’Ivoire – Bataille d’Abidjan : chronicité des évènements

Côte d’Ivoire : la France et l’ONU attaquent les bastions pro-Ggagbo
La bataille d’Abidjan a débuté ce lundi, après trois jours d’affrontements. Les forces d’Alassane Ouattara se sont lancées dans «l’assaut final»  pour venir à bout  des derniers bastions de Laurent Gbagbo, le président sortant qui refuse de céder sa place depuis la présidentielle de fin novembre 2010. Alors que la métropole ivoirienne est livrée au chaos, Guillaume Soro, le Premier ministre d’Alassane Ouattara, avait estimé dimanche soir que la situation était «désormais mûre» pour que l’offensive «soit rapide». Lundi vers 23 heures, le porte-parole de Soro espérait une victoire
L’Onuci (Mission de l’ONU en Côte d’Ivoire) s’est engagée militairement ce lundi en Côte d’Ivoire. Des hélicoptères ont tiré lundi soir sur le palais et la résidence de Laurent Gbagbo, ainsi que sur deux camps de son armée. Les forces françaises de l’opération Licorne y participent officiellement depuis 19 heures, «à la demande du secrétaire général de l’ONU», comme le prévoit la résolution 1975 du Conseil de sécurité. Ces opérations visent à «mettre hors d’état de nuire les armes lourdes qui sont utilisées contre les populations civiles et les Casques bleus», non à s’attaquer à Laurent Ggagbo, a bien précisé Ban Ki-moon..
Le regroupement des Français a commencé sur trois sites d’Abidjan, conformément à la demande formulée dimanche par Nicolas Sarkozy : au camp militaire de Port-Bouët, à l’ambassade de France dans le nord de la ville et à l’hôtel le Wafou. Les soldats de la force Licorne vont chercher les volontaires en véhicules blindés alors que le reste du pays plonge dans la crise humanitaire. Plus de  250 ressortissants étrangers, dont des Français ont pu quitter le pays lundi. Deux Français ont été enlevés dans l’après-midi dans un hôtel du Plateau à Abidjan. 

Plusieurs centaines de personnes auraient été tuées à Duékoué en début de semaine dernière, avant ou pendant la prise de cette ville par les forces d’Alassane Ouattara. Le massacre lui est en partie attribué, selon l’Onuci. Une accusation qu’il nie fermement. Guillaume Soro a assuré lundi : «Nous allons mener des enquêtes et ceux qui seront responsables -parce que nous voulons un Etat de droit-seront punis».

01h00. Un porte-parole de Ouattara annonce que la résidence officielle de Laurent Gbagbo à Abidjan est tombée aux mains des assaillants. Il n’est pas en mesure de préciser si Gbagbo se trouve sur place.

23h20. «Il y a actuellement 1 900 ressortissants étrangers à Port-Bouët »
, la base militaire française d’Abidjan, située près de l’aéroport, déclare le porte-parole de Licorne, le commandant Frédéric Daguillon. «Au total, depuis dimanche 447 sont déjà partis», ajoute-t-il.

23h10. Des hélicoptères de l’ONU tirent des roquettes près de la résidence officielle de Laurent Gbagbo à Abidjan, déclare une source militaire à l’AFP.

23h05. Un Béninois et un Malaisien enlevés avec les deux Français. A l’hôtel Novotel d’Abidjan «quatre personnes ont été enlevées. Ce sont deux Français, un Béninois et un Malaisien», indique une source diplomatique.  Les Français enlevés sont le directeur de l’hôtel et le président du conseil d’administration du groupe agro-industriel ivoirien Sifca, Yves Lambelin.

22h50. «L’assaut final»  imminent.  «L’assaut final pour la prise totale de la résidence et du palais (NDLR: présidentiel) aura lieu dans les heures qui viennent. L’opération est prévue pour finir cette nuit», déclare Sidiki Konaté, porte-parole de Guillaume Soro. Selon lui, trois groupes s’apprêtent à prendre les derniers bastions, visés par des frappes de la mission onusienne Onuci et de la force française Licorne dans l’après-midi.

22h30. François Fillon écrit aux présidents des deux assemblées. Le Premier ministre a écrit aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, Bernard Accoyer et Gérard Larcher, pour les informer des modalités du lancement des opérations menées par les forces françaises avec l’ONU en Côte d’Ivoire, annonce Matignon. «En réponse à la demande du secrétaire général, le président de la République a donné l’autorisation aux forces françaises d’exécuter ces opérations conjointement avec l’Onuci» et celles-ci «ont été conduites le lundi 4 avril à partir de 19 heures», poursuit François Fillon. Le Premier ministre ajoute avoir demandé aux ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Alain Juppé et Gérard Longuet, «de se tenir à la disposition» des présidents de commissions ad hoc dans les deux assemblées pour les informer «de la situation à Abidjan et des opérations militaires menées en Côte d’Ivoire».

22h15. Entretien Sarkozy -Ouattara par téléphone.
Le président français s’est entretenu au téléphone dans la soirée avec Alassane Ouattara, indique l’Elysée. Rien n’a filtré.  Les deux hommes s’étaient joints par téléphone à trois reprises dimanche.

22 heures. L’ONU ne prend pas partie. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon assure que les frappes lancées par les troupes françaises et celles de l’ONU visaient à protéger les civils et non à s’attaquer au président sortant Laurent Gbagbo.

21h50. MSF demande à circuler sans entrave.
L’ONG Médecins Sans frontières demande  aux belligérants ivoiriens de s’assurer que «les patients puissent accéder aux centres de soins» qu’elle a mis en place en Côte d’Ivoire et pour que ses équipes médicales puissent circuler sans entrave à Abidjan et dans les zones touchées par les violences». Une de ses équipes «est bloquée depuis le 31 mars dans l’hôpital d’Abobo Sud car il est extrêmement dangereux de se déplacer en ville», explique l’ONG.

21h30. Blindés et armes lourdes visés par les Français. Les hélicoptères des forces françaises Abidjan visent des armes lourdes et des détachements de blindés «utilisés contre la population civile», annonce l’état-major des armées à Paris.

21h15. Un ex-putschiste ivoirien attend de la reconnaissance de Ouattara. 
Ibrahim Coulibaly, dit «IB», affirme être le chef du «commando invisible». Un groupe se nommant ainsi a pris très largement pris le contrôle d’Abobo, un quartier au nord d’Abidjan a d’Abobo depuis des semaines. Ces forces butent contre les derniers bastions de Gbagbo. Il attend des pro-Ouattara «la reconnaissance de l’effort de certaines personnes qui ont pris leur courage à deux mains pour défendre la population», explique-t-il dans des déclarations à Radio France Internationale diffusées lundi et mardi. Inculpé pour «complot contre l’autorité de l’Etat» en Côte d’Ivoire, il avait été condamné en France à 4 ans de prison par contumace.

20h40. A Paris, le conseiller de Gbagbo qualifie les frappes à Abidjan «actes illégaux». «Je condamne ces actes illégaux. Ce sont des actes de guerre. La finalité de cette action, c’est l’assassinat du président Gbagbo», déclare Toussaint Alain, le conseiller du président ivoirien sortant en Europe, basé à Paris. «La coalition internationale menée par la France et les Etats-Unis, sous l’égide de l’ONU, plonge le pays dans le chaos», poursuit-il, accusant l’ancienne puissance coloniale française d’avoir «équipé, renseigné et armé la rébellion d’Alassane Ouattara».

20h25. Des hélicoptères de l’Onuci ont tiré sur le palais et la résidence de Gbagbo, déclare le porte-parole de la force onusienne Hamadoun Touré, annonçant d’autres tirs sur les camps militaires d’Agban et d’Akouédo. «On a travaillé avec la force française Licorne, conformément à notre mandat et à la résolution 1975 de l’ONU», précise-t-il.

20h15. Ban Ki-moon a demandé le soutien des forces françaises. Le communiqué de l’Elysée indique que «le secrétaire général des Nations unies a demandé le soutien des forces françaises à ces opérations. Le président de la République a répondu positivement à cette demande et autorisé les forces françaises» de l’opération Licorne «à participer aux opérations conduites par l’Onuci en vue de la protection des civils», ajoute le texte. «La France appelle à la cessation immédiate de toutes les violences contre les civils. Les auteurs de ces crimes devront en répondre devant la justice», conclut la présidence de la République.

20h10. Quatre hélicoptères de la force française Licorne ont tiré sur le camp militaire d’Agban, tenu par l’armée ivoirienne loyale au président sortant Laurent Gbagbo, indique un  journaliste de l’AFP.

19h58. L’Onuci a engagé des actions armées contre le camp Gbagbo.
Conformément à la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Onuci «vient d’engager des actions visant à neutraliser les armes lourdes utilisées contre les populations civiles et les personnels des Nations unies à Abidjan», annonce l’Elysée dans un communiqué, ajoutant que les troupes françaises avaient été autorisées à y participer.

Le Parisien Publié le 04.04.2011, | Mise à jour : 05.04.2011, 01h05

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.