Afghanistan, Libye et maintenant Côte d’Ivoire: la France sur tous les fronts

RFI International – 05/04/11

A bord d’un véhicule blindé léger de la Force Licorne à Abidjan le 3 avril 2011.
Après la Libye, la Côte d’Ivoire. La force française Licorne est entrée en action lundi 4 avril à Abidjan, aux côtés de l’ONU. Objectif : frapper fort contre le camp Gbagbo et protéger les populations civiles. Paris est à la manœuvre militairement sur plusieurs terrains. 4 000 hommes déployés en Afghanistan et maintenant les conflits libyen et ivoirien.

Au motif qu’il fallait éviter un bain de sang en Libye, empêcher les massacres de civils en Côte d’Ivoire, la France, en moins d’un mois a engagée ses troupes dans deux nouveaux conflits.
Balayés les discours de Nicolas Sarkozy sur le principe de non ingérence en Tunisie, oubliée cette petite phrase prononcée en 2008 : la France n’a pas vocation à être le gendarme de l’Afrique. Aujourd’hui Paris le répète : nous agissons avec l’aval des Nations unies et nous ne sommes pas seuls sur le terrain.
Effectivement, plusieurs pays participent aux bombardements de la Libye et en Côte d’Ivoire la mission de l’ONU ne compte pas moins de 10 000 hommes. Mais la France est en première ligne.
Parallèlement aux opérations militaires, les autorités françaises multiplient les actions diplomatiques pour rassembler la communauté internationale sous l’étendard de l’ingérence humanitaire.
Un discours qui n’est pas toujours reçu avec enthousiasme. La Russie qui s’était prononcée contre les frappes en Libye s’interroge aujourd’hui sur la légalité des bombardements en Côte d’Ivoire. Les Etats-Unis très en retrait sur les deux dossiers déclarent simplement qu’ils soutiennent fermement les actions entreprises par les Français à Abidjan.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.