Désaccord – Sarkozy et Obama s’affrontent sur la Libye

dimanche, 03 avril 2011
 C’est aujourd’hui que les Etats-Unis réduisent fortement leur participation à l’opération de l’Otan en Libye.
 
Ils retirent, en particulier, leurs avions de type A10-Thunderbolt et AC-130 qui ont effectué la plupart des attaques au sol jusqu’à présent.  
Français et Britanniques disposent de beaucoup moins d’appareils d’attaque au sol et leurs avions de ce type sont moins performants. Si bien que l’Otan ne pourra pas aider les rebelles aussi efficacement que précédemment. Privées de ces soutiens (et très mal organisées), les forces de l’opposition ne pourront pas, selon toute vraisemblance, prendre Tripoli dans les semaines à venir.
 Ce repli américain – et ses conséquences prévisibles- a donné lieu à une vive altercation entre Barack Obama et Nicolas Sarkozy la semaine dernière et fait toujours l’objet de fortes tensions entre l’Elysée et la Maison Blanche.
D’après plusieurs sources, les deux hommes se sont durement affrontés lundi dernier lors de la visioconférence du « Quad » (à laquelle participent aussi  Angela Merkel et David Cameron).
 Nicolas Sarkozy a demandé à Barack Obama de revenir sur sa décision de retirer les A10 et les AC-130 de l’opération. Le président américain a refusé, arguant du fait que la mission de l’Otan était d’instaurer une nofly zone, de protéger les populations civiles et de créer les conditions d’un changement politique, non de renverser Kadhafi. Il a également rappelé qu’il avait prévenu ses alliés que l’engagement américain lourd serait de très courte durée, de « quelques jours ». Enfin, il a promis de maintenir les dits-avions en « stand-by » et de les utiliser à nouveau si – et seulement si – les forces de Kadhafi menaçaient Benghazi.
 Après cette visioconférence, Barack Obama a prononcé un discours sur les motifs de l’intervention américaine en Libye, en insistant sur son caractère limité dans le temps. Au passage, il a affirmé que l’Amérique était à l’origine de la résolution historique 1973 de l’Onu. Il n’a pas évoqué une seule fois le rôle de la France ni celui de son président
Nouvel Obs  3 avril 2011 Vincent Jauvert

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.