Affaire Tapie : la coûteuse décision de Strauss-Kahn

Nouvel Obs.com – 06/04/11

Selon une enquête de Mediapart, publiée mercredi 6 avril, Dominique Strauss-Kahn est à l’origine de la décision qui a conduit au versement, par l’Etat, de 390 millions d’euros à Bernard Tapie.

La décision en question date de 1999, alors que DSK était ministre des Finances. Il supervisait alors la privatisation du Crédit lyonnais. Le modèle finalement retenu donne l’assurance au futur acquéreur, le Crédit agricole, que l’Etat s’engage à rembourser d’éventuelles ardoises. Une décision ruineuse pour les finances publiques.
Médiapart publie une lettre en date du 17 mars 1999, adressée à Jean Peyrelevade, président du Crédit lyonnais. La Cour des comptes, qui enquête sur l’affaire Tapie, détient une lettre embarrassante de Dominique Strauss-Kahn, que révèle Mediapart: à l’époque ministre des finances, c’est lui qui, en 1999, lors de la privatisation du Crédit lyonnais, donne la garantie que l’Etat gardera à sa charge le litige avec l’ex-homme d’affaires. La décision, qui s’est avérée ruineuse pour les finances publiques, n’a pas respecté la procédure légale toujours selon Médiapart

Cette lettre figure dans le dossier de la Cour des comptes, qui examine actuellement le dossier Tapie et pourrait prendre des sanctions.

A l’époque, l’Affaire Tapie était juridiquement au point mort. Aujourd’hui, elle pourrait éclabousser l’actuel directeur du FMI et éventuel candidat à la primaire socialiste. 
Christine Lagarde est donc menacée de se retrouver devant la cour de justice de le République pour avoir un peu trop favorisé les intérêts de Tapie dans l’affaire Adidas. C’est en tout cas, ce qu’ont demandé six députés socialistes à Jean-Louis Nadal, procureur général auprès de la Cour de cassation.
 Tapie, lui est tranquille, gauche et droite peuvent bien s’étriper, une éventuelle coondamanation de Christine Lagarde ne donnera  aucun moyen à la justice de lui faire rendre ses centaines de millions…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.