A un an de la présidentielle : Analyse des déplacements du chef de l’Etat sur les huit derniers mois.

  Avec ses déplacements, Nicolas Sarkozy soigne son électorat
 Alors que Nicolas Sarkozy est au plus bas dans les sondages depuis son élection en 2007, il soigne l’électorat traditionnel de la droite à un an de la présidentielle. C’est ce qu’il ressort de l’analyse des déplacements présidentiels sur les huit derniers mois.
Le 12 avril, le président de la République était à Versailles pour rencontrer les professions libérales : « Nous avons besoin de vous pour relancer l’économie française. Ayant été dans une autre vie moi-même dans une profession libérale [avocat], je sais que vous portez des valeurs pas toujours à la mode ces dernières années. » Il a également rappelé les efforts réalisés en leur faveur : « 530 millions d’euros de prélèvements publics ont été supprimés pour les professions libérales avec la réforme de la taxe professionnelle. Désormais vous êtes à la valeur ajoutée avec un taux d’imposition nul jusqu’à 500 000 euros de chiffre d’affaires. »
Le déplacement versaillais était le dernier d’une longue série destinée à (re)susciter l’engouement pour le locataire de l’Elysée. L’année dernière, à la même époque, Nicolas Sarkozy était accusé d’utiliser ses visites pour battre campagne avant les élections régionales.
LES POPULATIONS RURALES CHOYÉES
Depuis la rentrée politique en août, le président de la République a multiplié les visites ciblées sur les catégories qui lui sont a priori favorables. Au premier rang desquelles on trouve les populations rurales, particulièrement choyées :
27 août : déplacement dans un village des Alpes-de-Haute-Provence pour annoncer des aides à l’élevage et à l’agriculture.
30 septembre : déplacement à Montillot (Yonne) au sujet de l’aménagement des territoires ruraux.
4 novembre : déplacement à Troyes (Aube), ville dont le ministre du budget, François Baroin, est maire, pour évoquer notamment le « développement équilibré des territoires ».
25 novembre : déplacement dans l’Allier sur le thème de l’agriculture et de la ruralité, où Nicolas Sarkozy énumère ses priorités pour l’agriculture durant sa présidence du G20 en 2011 : « préférence communautaire, régulation des marchés, réforme de la politique agricole commune avec plus de justice, c’est-à-dire que les subventions aillent à ceux qui en ont le plus besoin ».
1er décembre : déplacement à Orbec (Calvados) pour annoncer une réforme de la médecine de proximité pour remédier au « désert médical ».
19 février : inauguration du traditionnel Salon de l’agriculture à Paris. Accompagné du ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, le président rassure les agriculteurs : « On est 6 milliards d’individus sur Terre, on sera bientôt 9 milliards, on aura toujours besoin de vous. Vous ne disparaîtrez pas. Vous continuerez à exister, mais pas de la même manière. »
15 mars : à Lauzerte (Tarn-et-Garonne), Nicolas Sarkozy évoque la question des filières agricoles lors d’une table ronde. Il renouvelle son « soutien entier à l’agriculture française » et affirme : « Je ne laisserai jamais attaquer les agriculteurs et l’agriculture française pour une raison simple : c’est une activité économique vitale pour le pays. »
OUVRIERS, CATHOLIQUES, SENIORS…
Les ouvriers avaient massivement voté pour Nicolas Sarkozy en 2007 mais sont nombreux à être aujourd’hui déçus par le président de la République. Ce dernier tente régulièrement de maintenir leur adhésion à son action. Depuis août, le chef de l’Etat leur a consacré deux déplacements. Le premier le 25 janvier à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) sur les Chantiers de l’Atlantique, le second à Montmirail (Marne) le 15 février pour évoquer la réindustrialisation des territoires. Il reprend alors son slogan de 2007 : « Si on veut gagner plus, il faut travailler plus. »
L’électorat catholique est lui aussi, traditionnellement, une importante réserve de voix pour les candidats de droite. Mais un malaise s’est peu à peu installé entre les catholiques et le président de la République. Pour reconquérir le cœur des fidèles, Nicolas Sarkozy multiplie les visites ciblées. Lors de son déplacement dans l’Yonne le 30 septembre, il en profite pour visiter la basilique de Vézelay. Mais surtout, il se rend le 8 octobre au Vatican pour rencontrer le pape Benoît XVI. Le 3 mars, le chef de l’Etat effectue un nouveau déplacement ciblé dans un haut lieu du catholicisme en France, le Puy-en-Velay (Haute-Loire), ville dont le maire n’est autre que Laurent Wauquiez, ministre chargé des affaires européennes. Nicolas Sarkozy visite alors la cathédrale de la ville et déclare : « La chrétienté nous a laissé un magnifique héritage de civilisation et de culture. » Il prévoyait également de se rendre à la cérémonie de béatification de Jean Paul II, un déplacement auquel il a finalement renoncé, en plein débat sur la laïcité.
Autre catégorie importante : les seniors, qui ont largement soutenu Nicolas Sarkozy en 2007, les Français de plus de 70 ans lui apportant 68 % des suffrages et les 60-69 ans, 61 %. La visite à Bordeaux, le 22 février, est destinée à ce solide électorat. Le président de la République célèbre le troisième anniversaire du plan Alzheimer, lancé en 2008. « C’est une obligation morale, une obligation de santé publique, mais c’est également une obligation économique, parce que le coût économique pour le pays est bien pire si on ne connaît pas un traitement de la maladie, insiste-t-il. Si on ne trouve pas, on en portera les conséquences pendant des décennies. »
Alexandre Pouchard
 La sécurité et l’islam, thèmes récurrents
La sécurité avait été un argument majeur de la campagne présidentielle en 2007. L’ancien ministre de l’intérieur aujourd’hui à l’Elysée n’a jamais abandonné ce leitmotiv pour mobiliser son électorat. Ses déplacements, même ceux initialement consacrés à d’autres thèmes, ont souvent été l’occasion d’aborder publiquement l’enjeu sécuritaire.
Le 25 janvier à Saint-Nazaire, Nicolas Sarkozy aborde déjà l’affaire Laëtitia. La jeune femme de 18 ans a disparu à Pornic une semaine auparavant et un suspect, Tony Meilhon, a été arrêté le 20 janvier. Le chef de l’Etat s’empare de l’affaire : « Un tel drame ne peut rester sans suite, de tels actes criminels, si l’enquête les confirme, ne peuvent rester impunis. Je souhaite que la justice travaille très vite, très efficacement, afin que toute la vérité soit connue. »
Mais c’est surtout le déplacement à Orléans (Loiret) du président de la République qui va entraîner la fronde des magistrats à son encontre. En visite dans un commissariat le 3 février, Nicolas Sarkozy déclare : « Quand on laisse sortir de prison un individu comme le présumé coupable sans s’assurer qu’il sera suivi par un conseiller d’insertion, c’est une faute. Ceux qui ont couvert ou laissé faire cette faute seront sanctionnés, c’est la règle. Quand il y a une faute qui conduit à un tel engrenage, nos compatriotes ne comprendraient pas qu’il n’y ait pas de sanction. Il y a eu un certain nombre de dysfonctionnements côté justice et côté police (…). Nous prendrons des mesures pour que les responsabilités soient assumées et que des décisions soient prises. »
Le 19 février, en visite au Salon de l’agriculture à Paris, le président de la République profite de cette sortie pour parler de… l’islam. En pleine polémique sur le débat de l’UMP sur la laïcité, Nicolas Sarkozy déclare : « Je n’accepterai pas qu’on mette en cause nos compatriotes musulmans mais en même temps je n’accepterai pas un islam qui ne correspond pas aux valeurs de la République et de la laïcité. »
Le Monde  | 15.04.11
Nicolas Sarkozy à Saint Nazaire ( sourire forcé …)

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.