Syrie : Bachar Al-Assad, le faux réformateur ?

Au fil des semaines, l’étau se resserre autour de Bachar Al-Assad (voir notre thématique). Samedi, pour tenter d’apaiser une révolte populaire qui ne cesse de s’étendre, le président syrien a promis de lever sous une semaine la loi d’urgence adoptée fin 1962 (Al-Jazira, NY Times). Tout en disant sa tristesse à propos du « sang versé » – plus de deux cents personnes auraient perdu la vie depuis le 15 mars -, il a également indiqué son souhait de s’attaquer au chômage et à la corruption. Si ce discours se voulait plus conciliant que celui du 30 mars , lorsqu’il avait accusé l’étranger de créer une « fitna » (discorde) dans le pays, faut-il croire au changement ?
 Les analystes en doutent car, jusqu’ici, Bachar Al-Assad a sans cesse alterné promesses de réformes et féroce répression (Time). Par ailleurs, les services de sécurité, puissante coterie au sein du régime baasiste, jouissent toujours d’une totale impunité . Pour l’heure, le mouvement de contestation, mené par la jeunesse , semble préservé de toute division tribale ou confessionnelle .
Cette union sera-t-elle suffisante pour faire tomber le « Lionceau de Damas », que l’Occident semble bien peu enclin à voir partir ? (Haaretz).
Le Monde du 18 avril 2011

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.