François Morel : ambiance de merde à France Inter

C’était il y a déjà six mois…
Sans rire, François Morel se joint à la mutinerie qui s’est emparée de Radio France, et en particulier de France Inter, depuis le double limogeage de Stéphane Guillon et Didier Porte.

C’est un coup à se brouiller avec Radio France. François Morel, initiales F.M., concluait ce vendredi sa saison de billets humoristiques sur France Inter. Et il est clair qu’il n’est pas sur la même longueur d’ondes que ses patrons. Le comédien a en effet adressé ses « sentiments fraternels » à Didier Porte et Stéphane Guillon. Quant à sa station, il a donné la température locale de la Maison ronde où le Morel n’est pas au beau fixe: une « ambiance de m… », comme chez les Bleus. Ambiance.

La tension est palpable, le village de France Inter est sous le choc. « Quel b….l, mes amis ! quel b….l ! », a attaqué François Morel, ajoutant: « Je suis triste de constater que l’ambiance de m… qui sévit à France Inter n’est pas sans rappeler celle qui a existé au sein de l’équipe de France et a conduit à sa perte…Le mépris n’est jamais une bonne méthode de gouvernance ».

Appel du 25 juin qui s’adressait clairement au boss de Radio France, Jean-Luc Hees qui pourtant se défendait d’être le Raymond Domenech des tuners… Mais François Morel n’en démord pas, lui lançant: « Méfie-toi, Jean-Luc, tu n’es n’en n’est pas si loin ». Un patron qui voit donc pour la troisième fois la balle dans son camp. Maintenant, que fera-t-il de ce nouveau rebelle? Le virer, comme les deux autres?

Mais si François Morel déclamait sa dernière chronique de la saison d’Inter, l’été risque d’être chaud, puisqu’il doit sécher les vacances pour épauler Olivier Saladin, son ex-comparse des Deschiens dans un rendez-vous quotidien à 7H55. Quant à Guillon et Porte, Morel leur a adressé un salut confraternel en ces termes: « J’ai du mal à comprendre en particulier pourquoi Didier Porte est écarté du Fou Du Roi où son style caustique, mordant, impitoyable vis-à-vis des fausses valeurs, contrebalançait l’attitude naturellement empathique et indulgente de Stéphane Bern ». Lequel avait déjà tapé du poing sur la table. C’est une question d’honneur qui devient contagieuse.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, Résistance, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.