Société de plus en plus hygiéniste : CRS et petits plaisirs – Chronique « Vie moderne »

C’est une histoire comme on les adore en France. Tout y est : l’uniforme, l’autorité centrale contre la vraie vie sur le terrain, l’exemplarité versus la liberté, et le sacro-saint verre de rouge !
 Je veux bien évidemment parler de l’interdiction désormais faite aux CRS en mission de consommer de l’alcool durant leurs repas. Alors comme ça, les hommes du maintien de l’ordre pouvaient boire pendant les manifs ?
Il y a quelques jours, cette affaire de privation a fait du bruit. Six mois après la publication sur Bakchich.fr (site d’infos satirique) de quatre photos montrant des CRS canette de bière à la main en marge d’une manifestation lycéenne dans le Val-de-Marne, la sentence est tombée. C’en est fini du quart de rouge ou du demi de bière avec le plateau-repas dans le car. Ainsi en a décidé la direction centrale des compagnies républicaines de sécurité dans une note dévoilée le 21 avril. Les clichés qui ont déclenché l’affaire ne faisaient effectivement pas très sérieux ; boire à la bouteille dans la rue en habit de Robocop, ça fait un peu désordre. Surtout, c’était une entorse au règlement. Boire un peu, d’accord, mais hors de la vue du public, telle était la règle.
Fallait-il pour autant remettre en cause la composition des plateaux-repas ? Le syndicat majoritaire chez les CRS (Unité police CGP-FO) crie au scandale et parle de mesure vexatoire. Comme si on ne leur faisait pas confiance, comme s’ils n’étaient pas capables de boire avec modération. Ils seraient à deux doigts de dire à leur direction : « Il est interdit d’interdire ! » Fustigeant des conditions de travail de plus en plus difficiles, le syndicat considère qu’« enlever le verre d’alcool, c’est nous ôter encore une partie de la convivialité du métier ». Même dans un car exigu, et même si la boisson servie est de la piquette, boire un petit verre en mangeant, ça vous requinque un CRS.
Mais en ces temps de campagne de prévention contre les risques liés à l’alcool, et dans une période où même les pots en entreprise sont pointés du doigt, la notion de convivialité liée à la bouteille devient difficile à défendre. Sur Internet, le débat est ouvert : il y a ceux qui considèrent que les hommes en uniforme doivent montrer l’exemple, ceux qui condamnent une société de plus en plus hygiéniste, traquant les moindres petits plaisirs, et d’autres qui s’interrogent sur les conséquences de cette mesure : si on empêche les CRS de se détendre cela ne risque-t-il pas de les énerver ? !
En passant devant des cars de CRS, on va avoir une furieuse envie de jeter un oeil pour voir quelle est l’ambiance sans ce fameux petit quart de rouge. Lors des prochains apéros géants, les jeunes les inviteront-ils à trinquer ?
blanchard@lemonde.fr
Sandrine Blanchard (Chronique « Vie moderne ») Article paru dans l’édition du Monde  28.04.11

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Police, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.