Dépendance : Quel financement et quelle solidarité ?

Revue mensuelle  CFE-CGC N°180 Avril 2011

 

La Dépendance doit être supportée par la collectivité !

Les quatre groupes de travail thématiques mis en place en février au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale continuent à se réunir. A ce stade du débat, de l’aveu même de la ministre Roselyne Bachelot, si « quelques grandes lignes ressortent », à savoir le respect du libre choix entre le domicile et l’établissement, et la qualité de la prise en charge, des divergences apparaissent sur le volet financement de la réforme.

 

Dans la mesure ou le Président de la République a exclu toute taxe complémentaire sur le travail, ce qui écarte de facto tout accroissement de cotisation sociale ou de CSG, la manière dont ce risque va être financé reste une interrogation. Si un socle de financement public de premier niveau est mis en place, sera-t-il assuré en partie par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) ? Et dans les mêmes montants qu’aujourd’hui ? Le financement sera-t-il assuré à enveloppe constante ? Une telle option ouvrirait la porte à une redistribution accrue.

 

Dans l’hypothèse où un deuxième socle serait créé, à quel niveau impliquer l’assurance complémentaire obligatoire voire peut être l’assurance privée selon certaines volontés parlementaires ?

 

Alors que les groupes de travail du ministère sont largement médiatisés, il est fait peu écho du groupe des assureurs qui se réunit à « Bercy » et qui nous concocte, n’en doutons pas, des couvertures de risques sélectives en fonction de l’âge, de la santé, et… du portefeuille !

 

Ou bien, autre option dans l’air du temps, fera-t-on appel au recours sur succession ? Ceci ferait porter le financement de la dépendance sur la responsabilité individuelle, ce que refusent syndicats et associations : la couverture offerte doit être obligatoire, universelle et largement mutualisée ! Ce socle de financement de la dépendance doit reposer le plus largement possible sur la solidarité nationale.

 

Danièle Karniewicz – Secrétaire nationale Retraite et Protection sociale.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Solidarité, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.