Nucléaire : EDF aurait falsifié des données sismiques pour économiser sur la sûreté

Observatoire du nucléaire – 16 mars 2011

Les données sont accablantes
pour 32 des 58 réacteurs français

 

EDF a imposé ses vues à l’Autorité de sûreté par du lobbying :  ICI 

 EDF a ainsi économisé 1,9 milliards de remise à niveau de ses centrales : ICI 

 

L’Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF a falsifié des données sismiques afin de s’éviter des travaux onéreux… et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.
  
 Il faut savoir que, si le risque sismique est moindre en France qu’au Japon, la résistance des centrales françaises est, elle aussi, moindre… donc le danger est le même. Chaque centrale est théoriquement dimensionnée par rapport au risque sismique qui la concerne. Nous disons bien « théoriquement »…
 En effet, par un courrier du 17 juin 2003, diffusé aujourd’hui par l’Observatoire du nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a couvert EDF en lui donnant raison contre l’avis des experts de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), tenus au silence. 

 

 Les données sont accablantes et concernent 32 des 58 réacteurs français
 – Chinon (Indre et Loire) : EDF a baissé d’office la valeur de l’intensité des séismes de référence. Il s’agit là d’une falsification aussi incroyable que grossière. 
 – Belleville (Cher) : EDF s’est autorisée à prendre comme référence un séisme datant de 1079 pour lequel il existe très peu de données, écartant le séisme de référence (de 1933) qui impliquait des mesures plus contraignantes. 
 – Blayais (Gironde) : les chiffres d’EDF sont trois fois moins contraignants que ceux de l’IRSN. Or André-Claude Lacoste, directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire donne raison à EDF sans se justifier. Idem pour Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher) 
 – Plus généralement, EDF a redéfini à sa manière les zones sismiques afin de ne pas avoir à tenir compte de certains séismes.  
 – Les centrales de Dampierre (Loiret), Bugey (Ain), Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne), Nogent (Aube) et Chooz (Ardennes) également mises en cause.
 Les documents que nous publions montrent que c’est par des actions de « lobbying » et de « contre-feux » que EDF a pu contraindre l’ASN à lui donner raison au détriment des ingénieurs de l’IRSN.
  C’est ainsi que EDF a économisé 1,9 milliards d’euros de travaux de remise à niveau de ses centrales nucléaires par rapport au risque sismique, travaux qui auraient été obligatoires si les chiffres de l’IRSN avaient été pris en compte.
 Ironie de l’Histoire, au moment où cette affaire a été étouffée par l’Autorité de sûreté française (en 2003), 15 réacteurs nucléaires japonais étaient fermés administrativement suite à la falsification par l’électricien TEPCO (propriétaire des réacteurs actuellement en perdition à Fukushima) de documents concernant la sûreté. Il aurait fallu en faire de même, c’est à dire fermer au moins 32 réacteurs en France… Il est encore temps d’agir !
  

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Energie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.