Le dalaï lama a signé des amendements à la Constitution du gouvernement tibétain en exil au cours du week-end pour mettre officiellement un terme à son rôle politique

Le dalaï lama renonce officiellement à ses fonctions politiques
Le dalaï lama a officiellement renoncé à ses fonctions politiques, mais il restera le symbole du mouvement tibétain, a annoncé lundi un porte-parole du chef spirituel des Tibétains en exil.

Le dalaï lama à Newark dans le New Jersey le 12 mai 2011 AFP/Archives – Don Emmert
Le dalaï lama, âgé de 75 ans, avait annoncé en mars son intention de se décharger de ses fonctions politiques, sans renoncer à son rôle de chef spirituel, et de transmettre ses fonctions officielles à un nouveau Premier ministre au pouvoir élargi.
En avril, un juriste de 43 ans, Lobsang Sangay, a été élu Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, avec la tâche délicate d’endosser un rôle politique incarné pendant des décennies par le dalaï lama.
Cette transition politique va donner au nouveau Premier ministre élu une position beaucoup plus en vue que celle de ses prédécesseurs.
« C’est un moment vraiment historique. Il (le dalaï lama) sera toujours le chef religieux et le symbole de l’unité tibétaine, mais il a formellement transmis son rôle politique », a déclaré à l’AFP un porte-parole du moine bouddhiste, Tempa Tsering.
Le dalaï lama a signé des amendements à la Constitution du gouvernement tibétain en exil au cours du week-end pour mettre officiellement un terme à son rôle politique, a ajouté ce porte-parole. « C’était son dernier acte politique« , a-t-il souligné.
Le prix Nobel de la paix occupera désormais son temps « à oeuvrer davantage pour promouvoir les valeurs humaines et le travail pour une meilleure compréhension inter-religieuse », a ajouté Tempa Tsering.
L’idée du dalaï lama de remettre ses pouvoirs politiques à une figure élue reflète l’inquiétude sur la façon de poursuivre la lutte pour les droits des Tibétains, qui fut uniquement incarnée par le prix Nobel de la paix depuis qu’il a fui Lhassa en 1959 à la suite d’un soulèvement anti-chinois.
Certains craignent que leur combat ne tombe dans l’oubli à la mort du dalaï lama, qui incarne aux yeux de l’Occident la cause des Tibétains.
 TV 5 MONDE  DHARAMSALA (Inde) (AFP) – 30.05.2011 © 2011 AFP
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, International, Politique, Résistance, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.