Les riches, les pauvres et les autres

Altermonde sans frontières – Conscience Citoyenne Responsable – 6 juin 2011 

Une classe mondialiste qui s’enrichit, faite d’hommes d’affaires, de banquiers, de rentiers. De plus en plus de millionnaires et même de milliardaires, bref des gens qui nous abreuvent du mot travail, mais qui eux même sont des parasites vivant sur le dos de l’État et des plus faibles. Ils nous parlent des heures et du travail acharné qu’ils font : s’ils comptent dans ces heures les voyages et les séjours dans des hôtels de luxe, les repas dans les trois étoiles, les visites et réceptions en tout genre : je crois que beaucoup sont prêts à les remplacer !

 

Une autre classe de plus en plus déconnectée de la mondialisation et des réalités, une classe que l’on maintient dans un état d’ignorance. Le nombre de pauvres augmente, c’est pour ça qu’il faut les abrutir, pour les empêcher de réfléchir. Il faut sans cesse trouver de quoi les détourner des vrais problèmes : l’insécurité, le foulard ou même le réchauffement planétaire reste des valeurs sûres. L’État remplit de moins en moins son rôle de protecteur et répartiteur des richesses, car la banque et la finance endettent sans cesse l’État pour le contrôler.

Et enfin une classe moyenne qui paye la mondialisation et les profits à outrance d’une minorité de privilégiés. Mais une classe qui a longtemps eu l’impression de faire partie de l’élite et qui préfère chercher les causes de son mal-être dans la criminalisation de la pauvreté. Le retour à la réalité n’est pas facile, lorsque le système a profité de vous jusqu’à la corde et qu’ensuite il vous renvoie dans les cordes. Le retour de manivelle est terrible, vous ne faites effectivement pas partie de leur monde : à leurs yeux vous n’êtes ni plus ni moins qu’un larbin !

Cette classe moyenne a permis de faire tampon entre les ultras riches et les plus pauvres. Tandis que la partie supérieure de cette classe aspirait à « faire partie de l’élite », les plus pauvres tentaient, eux, de rejoindre cette classe moyenne. Chacun avait ses objectifs dans cette « course à l’échalote », et tous pensaient que les plus riches le permettraient. Oublié le combat collectif et la lutte des classes, vive la promotion sociale et l’ascension individuelle. Le piège mis en place se referme lentement sur tout le monde… Ceux qui contrôlent les politiques, l’économie, et la finance, ont divisé la société et la population, semé la crainte et le doute, pour mieux en manipuler et stigmatiser les composantes.

Comme autrefois la royauté contrôlait la pensée du peuple par la parole de l’église, la classe dominante contrôle le cerveau des citoyens par la puissance des médias à leur service. Performance, rentabilité, mérite rejoignent travail, famille, patrie et laissent loin derrière liberté, égalité, fraternité ! On fabrique du « winner », on flatte la réussite et la cupidité, on présente l’homme comme un loup pour l’homme, on cultive le mythe de l’homme qui en veut toujours plus et l’on fait croire que la seule loi c’est celle de la jungle. Et bien non, un homme normal n’a pas envie de voler son voisin, non une société n’est pas la jungle, non, la prédation n’est pas inscrite dans les gènes humains.

Et si à la place de concurrence on parlait de coopération, si à la place de réussite professionnelle on pensait épanouissement humain, si à la place de système capitaliste….. on inventait autre chose. « Il y a assez de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous mais pas assez pour satisfaire l’avidité de quelques uns » disait Gandhi. Un autre monde est possible !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Démocratie, Economie, Travail, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.