RSA : « Travailler un peu pour ne pas toucher moins » : le nouveau slogan de l’UMP

Partageons mon avis – 7 juin 2011
 
Je l’avais oublié, celui-là ! Je vais coller sa photo pour illustrer ce billet. C’est Marc-Philippe Daubresse. Il revient sur la possibilité de mettre au STO travail les allocataires du RSA. Le chef de son parti, Jean-François Copé, n’en pense d’ailleurs pas moins.
 
Je suppose que c’est Laurent Wauquiez qui a été chargé de vérifier l’efficacité d’une telle mesure.
« Dans une interview à paraître ce mardi dans «le Parisien»-«Aujourd’hui en France» il [M. P. Daubresse] suggère la création d’un contrat obligatoire rémunéré. »
Un contrat obligatoire ? Je me demande pourquoi faire un contrat dans ce cas… Rémunéré ? Manquerait plus que ça soit gratuit… Et comme ça sera rémunéré en remplacement du RSA, je suppose…
 
Nous avons ainsi une droite qui propose que les collectivités locales, majoritairement à gauche, soient obligées par la loi d’employer des bénéficiaires du RSA et de les payer à la place de l’état. Déjà qu’elle leur a collé le RMI (puis le RSA). Sans compter que les collectivités locales devront payer pour encadrer les zigotos. Je propose d’ailleurs qu’on prenne parmi tous ces allocataires quelques tartiflettes pour encadrer le bastringue.
Enfin, c’est ce que j’ai compris.
 
Hop ! Vive une loi ! 800 000 gugusses au chomdu ou assimilé en moins… Nos 36 000 mairies vont se faire un plaisir d’embaucher 20 types chacune en moyenne.
« Et le principe novateur du RSA, visant à ce que toute personne qui travaille, ne serait-ce qu’une heure, gagne plus qu’en ne faisant rien, n’est pas apparu clairement. » « Environ un tiers des 1 150 000 foyers qui perçoivent l’ancien RMI ne sont pas en état de travailler sans un accompagnement social lourd. Mais pour les autres nous allons proposer un contrat d’utilité sociale rémunéré de 5 a 10 heures par semaine, dans des collectivités ou des structures d’insertion. Ils auront donc de nouveaux droits ouverts et le devoir d’accepter, faute de quoi le RSA pourra être diminué de manière dégressive. »
 
Je résume : soit tu travailles obligatoirement et tu gagnes des bricoles en plus soit tu ne fais rien et tu touches moins ! L’UMP dans toute sa splendeur.
Pas un mot sur les conditions d’organisation, sur la manière pour déterminer ceux qui « ne sont pas en état de travailler sans un accompagnement social lourd », … Voila une bonne manière pour lutter contre le chômage : embaucher 100 000 psychologues et 100 000 « logisticiens » (ben oui, je ne vais quand même pas dire « éducateurs »…) pour gérer tout ce tralala.
L’UMP est en campagne. Les méthodes n’ont pas changé : il suffit de taper sur ces bandes de fainéasses pour monter contre tous les gugusses qui touchent 1000 euros par mois en travaillant comme des forcenés.
 
Mais l’UMP ne va tout de même pas s’abaisser à leur proposer une méthode pour avoir un meilleur niveau de vie… Elle avait essayé en 2007 mais n’est plus trop crédible. Travailler plus gagner plus : bof.
Le nouveau slogan : « travailler un peu pour ne pas toucher moins ». Elle n’est pas belle, l’histoire ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Social, Travail, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.