Sénat – La prime indue : Gérard Larcher a lâché – trop provocant, scandaleux pour le citoyen lambda … »

Ces 3500 euros correspondaient à « un rattrapage exceptionnel ». La mesure avait suscité le malaise
Le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, qui avait justifié cette prime en disant que « la démocratie a un prix » semble s’être rétracté. (c) Afp
 Gérard Larcher, le président du Sénat, a souhaité jeudi 7 juillet l’annulation de la décision prise par le même Sénat d’attribuer 3500 euros de prime aux sénateurs. Cette mesure avait suscité un vif malaise dans les rangs des politiques.  
Dans une lettre adressée aux questeurs et communiquée à l’AFP, M. Larcher demande une réunion du Conseil de la questure sur cette question « avant la fin de la session extraordinaire ». « Cette décision (ndlr : de verser la prime) suscite interrogations et débats, je les comprends et les partage. Je souhaite donc l’inscription de ce point à l’ordre du jour de la plus prochaine réunion du Conseil de Questure pour une annulation », ajoute-t-il. La session dite extraordinaire se termine le 13 juillet.
« Une prime indue »
Jean Arthuis ainsi que la sénatrice PS Nicole Bricq et le président du groupe Union centriste François Zocchetto avaient annoncé un peu plus tôt, à l’AFP, qu’ils refusaient de percevoir cette prime et la remboursaient.
« Je ne comprends pas cette décision de la questure, dans le contexte actuel, ce n’est pas un bon signal, j’ai décidé de rembourser cette indemnité », a déclaré Jean Arthuis, sénateur mayennais de l’Alliance Centriste. Il a ensuite envoyé une lettre au président du Sénat demandant l’annulation de cette décision « qui attente à notre crédibilité, à celle du Sénat, à donc à celle de l’Etat tout entier ». « Je considère que c’est une prime indue », a souligné Nicole Bricq (Seine-et-Marne). « Nous n’avions rien demandé, cela m’a beaucoup surpris. Cette prime est totalement malvenue, quand bien même s’agirait-il d’un rattrapage », a ajouté M. Zocchetto.
Une « indemnité représentative des frais de mandat »
Le Sénat avait décidé d’attribuer 3.531,61 euros aux sénateurs, une somme correspondant, selon un document de la questure parvenu à l’AFP, « à un rattrapage exceptionnel sur un complément d’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) versé en une seule fois fin juin ».
Gérard Larcher avait indiqué mercredi soir sur Public Sénat qu’il s’agissait de « la revalorisation d’une indemnité liée à l’exercice du mandat ». Cette indemnité n’ayant pas été revalorisée depuis trois ans, il s’agit d’un rattrapage équivalant à quelque « 98 euros par mois », faisait-il valoir. Il semblerait qu’il ait changé d’avis.
Un sénateur touche une indemnité de base mensuelle de 5.514,68 euros bruts, à laquelle s’ajoute une indemnité de résidence de 165,44 euros et une indemnité de fonction de 1.420,03 euros, soit 7.100 euros brut au total. A cette somme s’ajoute l’IRFM d’un montant de 6.240,18 euros par mois au 1er mai 2011, destinée à « faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice du mandat ».
Le Nouvel Observateur – AFP Publié le 08-07-11
 Note : les bancs de cette assemblée sont souvent vides ! Si chacun était payé suivant sa présence cela ferait de sérieuses économies … 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.