Flash-back – Visite d’une ferme dans la Sarthe des « hautes autorités » de l’Etat

Libération 29 juin 2011 Par GRÉGOIRE BISEAU Envoyé spécial à Sablé-sur-Sarthe

Sarkozy et Fillon, deux oies blanches en campagne

Poulailler. Le chef de l’Etat et le Premier ministre visitaient mardi 28 juin  une ferme de la Sarthe. Tout rapport avec 2012 est purement fortuit.
La consigne est ferme : «Le Président va descendre tout seul dans le champ, j’ai bien dit tout seul, donc pas de journalistes !» L’équipe d’organisation des déplacements du chef de l’Etat est un peu tendue. Personne n’avait prévu autant de journalistes. Et trop de journalistes, c’est forcément plus de soucis. «Le but, c’est de ne pas s’écarter du thème. Aujourd’hui, le Président veut parler d’agriculture.» Et donc pas de Martine Aubry, en train de se déclarer à la primaire socialiste (lire page 8).
Nous sommes dans un élevage de poulets, à Sablé-sur-Sarthe, le bastion de François Fillon. Pour la première fois, Nicolas Sarkozy et son Premier ministre sont de sortie commune pour parler sécurité alimentaire. Et accessoirement brouiller la candidature de la première secrétaire. Il est 11 heures. Un convoi de 12 voitures dépose le chef de l’Etat et son chef de gouvernement.
Coquille. On les positionne à l’entrée du poulailler, juste devant les photographes. L’éleveur tourne la manivelle et les 4 000 poulets sortent de leur hangar. L’air légèrement paniqué de voir tant de monde. Le Président : «Les cours sont comment en ce moment ?» On file en direction d’une couveuse échouée en plein champ. Quatre poussins sont nés ce matin. Sarkozy : «Ils mettent combien de temps à casser leur coquille ?» L’éleveur : «Deux à six heures.» Le Président, caressant un poussin : «Qu’est-ce que c’est doux !» Puis se penchant sur la couveuse : «Parfois il y en a certains qui empêchent les autres de sortir [de leur coquille, ndlr] ?» Deuxième arrêt, devant un enclos. L’éleveur : «Ce sont des pintades d’Afrique.» Puis devant les quatre oies, le Président interroge : «Elles viennent de France ?»
Descente vers le pré. Sarkozy et Fillon devisant sur un paysage d’affiche électorale. Il ne manque que le clocher. Que se disent-ils ? Parlent-ils du prochain remaniement ? De la candidature de Martine Aubry ? Sarkozy pointe son doigt à plusieurs reprises sur Fillon, sur le mode : «Je compte sur toi.» On n’en saura pas plus.
Destination, un buffet installé dans la cour de la ferme, pour une dégustation de cidre. Un journaliste s’aventure : «Martine Aubry vient de se déclarer, une réaction, monsieur le Président ?» Sarkozy : «Non. Mais Fillon peut vous proposer du poulet…» Fillon, devant le plat de poulet rôti : «Quand vous aurez la bouche pleine, vous ne poserez pas de question !» Quelques minutes plus tard, un œuf coque à la main, le Premier ministre se lâche : «Je disais tout à l’heure au président de la République que mes parcours de jogging sont juste à côté dans les bois.» Ah, c’était donc cela leur sujet de conversation…
Table. Une heure plus tard, lors de la table ronde organisée dans le gymnase de Sablé-sur-Sarthe, Sarkozy décrypte le sens caché de sa visite : «Vous pourriez vous dire que c’est curieux que les deux têtes de l’exécutif soient réunies ensemble pour participer à une table ronde sur l’industrie agroalimentaire. On pourrait se dire, « vous n’êtes pas dans l’actualité ». Mais je pense au contraire qu’on est dans la vraie actualité des Français.» Il est à peine midi. Et les poulets viennent de retrouver leur regard idiot habituel.

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Agroalimentaire, animaux, Humour, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.