Montpellier : les adieux amers de René Koering

 Festival de Radio France à Montpellier

 

Le directeur du festival de Radio France de Montpellier René Koering a fait part, mardi à l’AFP, de son « amertume » affirmant être « viré » de son poste « pour des raisons politiques », alors que la 27e édition a connu un succès important.
Compositeur, créateur et metteur en scène d’opéra et ancien directeur de France Musique et directeur de la musique de Radio France, René Koering, 71 ans doit être remplacé à la rentrée par Jean-Pierre Le Pavec, directeur du festival de Saint-Denis.

« Georges Frêche avait décidé que je resterai jusqu’en 2014, c’est à dire à la fin de son mandat. Il est décédé et on me fout dehors parce que j’étais un de ses proches », a dit M. Koering, qui avait déjà abandonné son poste de directeur de l’orchestre et de l’opéra de Montpellier à la fin 2010.

Au total, depuis le 11 juillet, 121.713 spectateurs ont fréquenté plus de 150 concerts, émissions de radio, conférences ou projections de ce festival, dont 19.220 lors des 15 grands concerts payants, 19.632 pour la musique de chambre ou 28.230 pour les spectacles décentralisés dans tout le Languedoc.

« Je suis déçu de la façon dont on me traite alors que j’ai fait de Montpellier une ville musicale connue dans le monde entier malgré le plus petit budget de France (3 millions d’euros), soit un cinquième de celui d’Aix-en-Provence, qui totalise 45.000 spectateurs », a souligné M. Koering.

« On a commencé avec 30.000 spectateurs. On a fait plus de 120.000 cette année. On ne peut pas dire que j’ai raté mon coup », a-t-il ajouté, alors que le festival s’achève jeudi sur un concert gratuit place de l’Europe pour lequel sont attendus environ 10.000 personnes.

La fierté d’André Koering est d’avoir accueilli « les plus grands », comme Rostropovitch dès la première année en 1985, mais aussi d’avoir ouvert le festival aux musiques du monde, du jazz à l’électro et surtout « fait connaître des oeuvres et des artistes », comme le ténor Roberto Alagna.

 Actualité maville Montpellier 27 juillet 2011

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.