19e Rencontre mondiale des Amis de la 2 CV. – La  » Deudeuche  » attitude

Salbris (Loir-et-Cher) :  Plus de 6 000 fans se sont réunis jusqu’au 31 juillet, en Sologne, pour célébrer le mythe de la 2 CV

Mercredi 27 juillet, 11 heures. Sur le podium de la région Centre installé à l’extrémité du stade Gilbert-Decouard de Salbris (Loir-et-Cher), ils sont tous là, du maire au sous-préfet, de la vice-présidente de région au commandant de gendarmerie. Même Miss pays de Sologne et ses deux dauphines ont fait le déplacement…  » Bienvenue à tous les deuchistes « , lance alors le maire Jean-Pierre Albertini (MoDem), donnant ainsi le coup d’envoi à la 19e Rencontre mondiale des amis de la 2 CV, l’événement de l’année pour cette petite ville de 6 000 habitants qui avait déjà accueilli en 2006, une première rencontre nationale des amoureux de la  » Deuche « .
Amoureux de la Deuche, assurément Didier Magne l’est. Comme d’ailleurs le sont les plus de 6 000 propriétaires de 2 CV qui ont fait avec leur véhicule le déplacement jusqu’à Salbris, venant parfois de très loin (Japon, Nouvelle-Zélande, Brésil, etc.). Son histoire d’amour avec la 2 CV remonte à ses 18 ans. Avec, en guise de voyage de noces, à 21 ans, le mythique raid Paris-Persépolis-Paris de 1971, 14 800 km au volant d’une camionnette 2 CV AK 400. La 2 CV n’a plus jamais quitté Didier Magne. Quand il a rencontré sa future épouse, elle roulait en Renault 4L se souvient-il. Ça n’a pas duré, il lui a fait la vendre !
Didier Magne est un jeune retraité de 61 ans qui habite Montauban (Tarn-et-Garonne). Des  » Deux Pattes  » ? Il en possède une dizaine en état de marche et trois ou quatre en réparation. Mais ce sont près d’une centaine qui sont passées entre ses mains, assure-t-il. Avant d’ajouter :  » La 2 CV, ce n’est pas une voiture, c’est un art de vivre.  » Une formule en passe de devenir un slogan pour les milliers de fans de la voiture produite à plus de 5 millions d’exemplaires entre 1948 et 1990.
A Salbris, il est venu avec une 2 CV Charleston, mais surtout, avec l’un des rares exemplaires de 2 CV à avoir effectué le raid Paris-Persépolis-Paris. Celle-ci, il l’a trouvée au fond d’un garage, en Haute-Garonne, en 2005. Elle trône pour l’occasion dans le musée temporaire de la 2 CV, ouvert pour la manifestation aux côtés de modèles historiques prêtés par Citroën.
Vice-président du club des Amis de la 2 CV, il continue d’organiser des sorties en 2 CV, dont la plus grande a réuni 103 voitures. Ses deux fils sont également passionnés par cette voiture  » attachante, simple, économe et… décapotable « .
Etre fan de 2 CV, ce n’est pas qu’une affaire de retraité, fussent-ils jeunes. Quand on se promène sur les 70 hectares du site de Salbris, on est doublement interpellé. D’abord par le nombre de fans étrangers (environ 37 nationalités) ; ensuite par le nombre de jeunes possesseurs de 2 CV qui découvraient à peine l’école primaire, quand fermait le dernier site de production, à Mangalde, au Portugal, le 27 juillet 1990.
Tony, Romain, Stéphane et Samuel (qui ont souhaité rester anonymes) font partie de cette génération. Ces quatre copains viennent de Villedieu-la-Blouère, près de Cholet dans le Maine-et-Loire. Ils font partie d’une association, Les Fêlés de la couronne, et ne rateraient pour rien au monde l’une de ces grandes manifestations organisées autour de leur voiture fétiche. D’autant plus que, depuis cinq ans, lors des rassemblements, les compères ont pris l’habitude de se déguiser en nonne ; un clin d’oeil à l’image populaire qui les associe à la 2 CV ( dans les films avec Louis de Funès notamment).  » Ainsi, nous sommes clairement identifiés « , assure Tony, qui tient sa 2 CV 4 Spécial de 1978 (89 000 km au compteur) de sa grand-mère.  » Dans ce type de rassemblement, un grand nombre de participants se connaît « , renchérit Samuel, 27 ans, qui a restauré sa première  » Deux Pattes  » à 16 ans, en prévision de l’obtention de son permis. Ces réunions donnent l’occasion de s’amuser, de faire la fête, mais aussi de participer à des bourses d’échanges de pièces, voire d’acheter des pièces neuves auprès des nombreuses boutiques temporaires. Car la 2 CV a cette particularité : la très grande majorité des pièces (moteur, châssis, capote, pneus, etc.) sont toujours fabriquées et disponibles.
Frédéric Pereira, 30 ans, et son frère Christophe, 20 ans, viennent d’Allonne, dans l’Oise. En 2009, ils étaient déjà en République tchèque pour la 18e Rencontre. Eux aussi sont des passionnés et ont même leur club, les Picardeuches – un club parmi les 170 que compte l’Hexagone. Ils n’auraient pas non plus raté ce rassemblement, mérité, après une route paisible, ils ont quand même fait sept heures de queue pour accéder au camping.
Frédéric aime ces rassemblements :  » Au fil des ans, on vient revoir les amis. L’engouement pour la Deuche ne se dément pas et elle trouve toujours de nouveaux amateurs « , se félicite-t-il. Avec toutefois un bémol de taille :  » Je crains que le véritable esprit deuche se perde un peu, que l’on s’embourgeoise. On voit arriver un certain nombre de deuchistes plus attachés à la valeur marchande de la voiture qu’à l’esprit qu’elle véhicule, précise-t-il. Cela dit, on les reconnaît facilement, lorsque vous êtes en panne le long de la route, le vrai deuchiste s’arrête, le faux vous fait un signe de la main en passant. « 
François Bostnavaron
19e Rencontre mondiale des Amis de la 2 CV. Salbris (Loir-et-Cher), jusqu’au 31 juillet. 2cvfrance.2011.fr
© Le Monde
 
Rassemblement de Salbris (Loir-et-Cher). Formes, couleurs… toutes les excentricités sont permises avec les 2 CV. ALAIN JOCARD/AFP

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Loisirs Tourisme, Transport, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.