Italie, république irréprochable

Charlie Hebdo du mercredi 3 août 2011

S’il existait une agence de notation spécialisée dans la corruption politique, l’Italie décrocherait sans problème les AAA de la performance optimale.

La Républica s’est amusée à compter le nombre de députés et de sénateurs actuellement mis en examen ou déjà condamnés par la justice. Résultat : 84 parlementaires. Soit 9% des élus des deux chambres – cela dit, comparé au parlement régional de Sicile, où un tiers des élus a un casier judiciaire, ça reste raisonnable… Largement en tête, sans surprise, les berlusconiens du Parti de la liberté, avec 49 élus, victimes bien sûr, des « juges rouges » – dont le Cavalière Berlusconi évidemment , qui a toujours six procès sur le feu, ainsi que son ex-bras droit Marcello dell’Utri, condamné pour association mafieuse -, loin devant le parti démocrate , honorable deuxième au classement avec 11 élus dans le box.

Aucune formation n’y échappe, pas même l’Italie des valeurs, de l’ex-juge Pietro, qui compte une brebis galeuse dans son cheptel : le député Leoluca Orlando, condamné pour diffamation. Il avait dû accuser au hasard un de ses collègues de corruption et, manque de bol, il était tombé sur le seul honnête…   

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.