Enquête Lagarde-Tapie

 Nouvel Obs  7 août 2011 Sélectionné et édité par Amandine Schmitt
Derrière l’affaire Lagarde, une nouvelle affaire… Sarkozy
Une enquête a été ouverte à l’encontre de la directrice générale du FMI pour « complicité de faux » et « complicité de détournement de biens publics » dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais. Et si le président était lui aussi impliqué dans cette affaire ?

Depuis que la Commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR) a décidé jeudi 4 août d’ouvrir sur elle une enquête pour « complicité de faux et de détournement de fonds publics », il y a une affaire Lagarde. Mais derrière, il y a une nouvelle affaire Sarkozy qui vient s’ajouter aux précédentes.

Lire  détail
Lagarde : « Est-ce que vous croyez que j’ai une tête à être copine avec Bernard Tapie ? »
Claude Guéant : « une médiation entre les parties plutôt qu’une bataille judiciaire ».
 « Le président assume sa relation avec Bernard Tapie »
45.000 euros pour une victime du cancer de l’amiante et 45 millions d’euros pour Tapie. Mille fois plus.
 …………………
En plus des 285 millions d’euros, ces arbitres lui accordent 45 millions au titre de « préjudice moral » ! Hommage de la vertu au vice ?
La meilleure analyse de cette bizarrerie, on la doit à François Bayrou : « On donne 45 millions d’euros à Tapie pour préjudice moral ; et il suffit de regarder le pedigree de Tapie, comme on dit pour les chevaux, pour avoir une idée de ce que ‘moral’ en l’occurrence signifie. (…). J’ai regardé ce qu’on donne pour une victime du cancer de l’amiante (…) On donne 45.000 euros. La mort à son conjoint. Et pour Tapie, on donne 45 millions d’euros. Mille fois plus. Est-ce que ça ne vous donne pas envie de casser cette espèce d’injustice perpétuelle dans laquelle on vit. »
 « C’est une question d’éthique personnelle. Un ministre de la République doit être au-dessus de tout soupçon. » (Alain Juppé)
 Si elle est traduite, dans plusieurs années, devant la Cour de Justice de la République, elle risque, pour « complicité de faux » et « complicité de détournement de biens publics », dix ans de prison et 150.000 euros d’amende. En bon petit soldat, elle a laissé faire, faisant même du zèle puisqu’elle donné des instructions écrites, après que la sentence a été rendue, pour qu’aucun recours ne soit introduit contre cette décision de juridiction privée, alors même que plusieurs conseils consultés par l’Etat recommandaient vivement un tel recours contre cette sentence.

Dans la première phase, elle aurait du, pour le moins, récuser un arbitre ayant déjà travaillé avec un des avocats de Tapie.

On comprend mieux sa candidature-surprise au FMI : c’est pour fuir ce scandale, pour s’éloigner de Paris qu’elle a fait acte de candidature au FMI, pensant que, intronisée directrice générale du FMI, elle serait alors hors de portée de la justice française.  Qui, à propos de Georges Tron, avait dit : « C’est une question d’éthique personnelle. Un ministre de la République doit être au-dessus de tout soupçon. » ? Alain Juppé. (sic)

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Justice, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.