«Une nouvelle récession se dessine, pour les mêmes raisons que celle de 2008»

Les moutons enragés -11 août 2011 – par Voltigeur
Ca serait si simple, si certaines personnes, qui nous expliquent d’où vient la crise et  pourquoi il faut changer les règles économiques étaient entendues… Il faut dire que ces messieurs qui disent des évidences ne sont pas très écoutés, pourtant il y a des solutions, qui certes n’engraisseraient plus les spéculateurs, mais auraient le mérite de stabiliser l’économie pour le bien de tous.
Il a longtemps endossé le costume de financier – prédisant au passage la crise des subprimes – L’anthropologue belge Paul Jorion pose devant la page de son blog à son domicile de Vannes, le 08 décembre 2010. 
Paul Jorion, anthropologue de formation et blogueur sur l’actualité économique, connu notamment pour avoir identifié et annoncé la crise qui a suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008, livre à 20Minutes son analyse du mouvement de crise de ces derniers jours…
 La crise boursière de ces derniers jours rappelle la dégringolade de septembre 2008.  Selon vous, sommes-nous en train de vivre un nouveau krach? Risque-t-on de vivre une nouvelle période de récession semblable à celle qui a suivi la faillite de Lehman Brothers?

Il n’y a pas eu deux crises successives, mais une seule, qui continue. C’est un même processus que l’on n’est pas parvenu à arrêter et qui se manifeste d’une manière différente. Il y a eu un premier mouvement en 2007-2008 puis un deuxième aujourd’hui qui s’inscrit dans son sillage. Aujourd’hui, une nouvelle récession se dessine, elle est presque arrivée aux Etats-Unis qui représentent entre 1/4 et 1/3 de l’économie mondiale, mais elle s’explique largement par les mêmes raisons que celle de 2008.
 Quelles sont ses causes?
J’en compte trois principales: une complexité financière extrême, une spéculation généralisée qui représente plus de la moitié des opérations financières actuelles, et enfin une économie qui est fondée sur le crédit et non sur une répartition équitable des richesses. On ne s’est pas attaqué en profondeur à ces problèmes, on a seulement réalisé des modifications à la marge ou bien on s’est attelé à relancer l’activité. Or, la période actuelle se distingue des précédentes puisqu’aujourd’hui la récession n’est pas le problème en lui-même, ce n’est que le symptôme de maux plus graves, comme l’épuisement des ressources et ceux que je citais précédemment.
 Quelles mesures devraient-être prises?
Le crédit est devenu la forme essentielle de remplacement d’un véritable accès à la richesse. Aujourd’hui, les salariés empruntent les salaires qu’ils n’ont pas. Il faut d’abord revoir la répartition des richesses, en faveur des salariés. Il faut ensuite rendre moins complexe la finance, et interdire les produits financiers que l’on n’est pas en mesure de comprendre. Enfin il faut s’attaquer à la spéculation, en interdisant les marchés à terme à ceux qui n’ont rien à vendre ou à acheter.
Depuis 2008, vous prônez également une réforme globale du système financier international. Pouvez-vous nous résumer ce projet ?
Il y a eu un premier système monétaire international en 1944, défini à Bretton Woods, qui reposait sur une parité dollar-or. Rapidement déséquilibré, sa fin a été décidée en 1971. Depuis, il n’y a plus d’ordre monétaire international et nous en subissons les conséquences. Je plaide pour un nouveau Bretton Woods qui mettrait sur pied une vaste chambre de compensation internationale, comme l’entendait John Maynard Keynes à Bretton Woods en 1944, dans sa proposition qui ne fut pas retenue. C’est là que le commerce international se régulerait et serait pacifié. Les pays qui créent des déséquilibres en exportant trop comme l’Allemagne – ou l’inverse comme la Grèce- seraient pénalisés automatiquement sur le cours de leur monnaie, qui se réajusterait par la dévaluation ou la réévaluation.
 Pensez-vous qu’une réforme d’une telle ampleur soit possible?
L’idée fait son chemin, les dirigeants en parlent dans les réunions actuelles. Elle permettrait une sortie par le haut de la crise. 
Le blog de Paul Jorion
Propos recueillis par Thibaut Schepman – Source 20minutes

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.