Le système bancaire et le mystère de la chambre forte

Jean-Marie Harribey – Alternatives Economiques
Depuis que la crise financière sévit et que les dettes publiques ont explosé, beaucoup s’interrogent sur les questions monétaires et financières, et notamment sur la création monétaire par le système bancaire.
D’où sort l’argent ? Y a-t-il un coffre secret enfermé dans une chambre forte dans lequel puise la banque centrale ? Ou bien une baguette magique faisant jaillir l’argent à profusion dont se délecte la spéculation ? Ou bien encore la richesse est-elle détournée ? La réponse est au terme d’une enquête policière qui, soyez-en sûr, vous fera passer l’été.
Cette enquête figure en épilogue du livre d’Attac, Le piège de la dette publique, Comment s’en sortir, Les Liens qui libèrent, 2011, que nous reproduisons ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur : “Le mystère de la chambre forte“. Une invitation aussi à lire tout le livre. 
 ——————
Courts Extraits : Le système bancaire et, derrière lui, ceux qui tiennent les cordons de la bourse, ont
profité de la présence d’une nécessité absolue : toute économie en croissance a besoin de toujours plus de monnaie qui circule. C’est une sorte de loi s’imposant partout : vendre des marchandises avec profit n’est possible que si plus de monnaie circule à l’arrivée qu’au départ. Une économie capitaliste sans endettement n’a aucun sens !
[…]
En conclusion, il s’avère que l’opinion publique est abusée avec un prétendu mystère de la chambre forte, de laquelle on ferait jaillir une génération spontanée de richesse, laissant croire que, magiquement, la création monétaire ne se fonde sur rien de tangible et cela en toute circonstance. Or, celle-ci, de l’aveu des banquiers et des banquiers centraux, n’a pas d’autre défaut que d’être instrumentalisée au bénéfice d’une économie-fiction, celle de la finance qui veut planer hors sol, hors de toute réalité matérielle et humaine.
[…]
Pour finir, on annonça que la finance avait été décapitée par une taxation impitoyable. Toutes les banques avaient été socialisées et un vrai budget européen avait été décidé, tandis que l’impôt sur le revenu était assorti d’une tranche à 100 %. Au plan mondial, le FMI était dissous et remplacé par une agence de l’ONU…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, réflexion, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.