L’éolien en mer ne nuit pas à la biodiversité

L’appel d’offres lancé par la France, début juillet, en vue de la construction de 600 éoliennes d’une puissance totale de trois gigawatts au large des côtes bretonnes et normandes suscite l’opposition d’élus, de pêcheurs et de certains écologistes qui s’inquiètent, notamment, des nuisances de ces installations pour les écosystèmes marins.
Une étude sur les  » effets écologiques à court terme «  d’une ferme éolienne offshore des Pays-Bas, publiée dans la revue Environmental Research Letters, pourrait contribuer à pacifier le débat. Elle conclut qu’après deux années d’exploitation, il n’est observé  » presque aucun effet négatif «  sur la faune, certaines espèces semblant même tirer profit d’un  » nouvel habitat naturel « .
Le parc éolien sur lequel se sont penchés une quinzaine de scientifiques néerlandais, rattachés à plusieurs instituts de recherche, est situé en mer du Nord, au large de la station balnéaire d’Egmond aan Zee, à une distance de la côte comprise entre 10 et 18 km. Un ensemble de 36 turbines, d’une puissance cumulée de 108 mégawatts, y produit de l’électricité depuis 2007. Cette première réalisation, qui a servi aux Pays-Bas de démonstrateur pour des projets à grande échelle, a fait l’objet d’un suivi environnemental.
Pendant la construction, rapportent les auteurs, la pose des fondations des mâts a engendré  » des niveaux sonores suffisamment élevés pour causer des dommages aux mammifères marins « . Les phoques communs se sont alors éloignés du chantier dans un rayon d’ » au moins 40 km « .
Un refuge pour les espèces
Mais depuis la mise en route des éoliennes,  » les résultats ne montrent pas d’effets à court terme sur le benthos – organismes vivant sur les fonds marins – dans la zone sableuse entre les générateurs « . Au contraire, la partie immergée des turbines et les rochers disposés autour des mâts pour empêcher leur érosion ont été colonisés par des moules, des crabes, des étoiles de mer, des anémones et différentes espèces de crustacés et de bivalves.
Le parc éolien semble aussi  » offrir un refuge «  aux morues et aux tacauds. En outre, les enregistrements acoustiques révèlent une présence de marsouins en plus grand nombre à l’intérieur qu’à l’extérieur du parc. Un  » accroissement local de la biodiversité «  dû, expliquent les chercheurs, à l’interdiction de la pêche dans une zone de 500 m autour de l’installation.
Pour les oiseaux, le bilan est contrasté. Certains, comme la macreuse noire (canard marin), le fou de Bassan ou la mouette pygmée, semblent éviter le site, tandis que le grand cormoran en a fait une plate-forme de chasse. Les migrateurs se détournent et passent plus haut quand ils survolent le secteur, le nombre estimé d’oiseaux fauchés par les pales étant  » assez faible « .
Sans tirer de cette étude ponctuelle des enseignements généraux, les auteurs concluent que  » l’impact d’une ferme éolienne dépend de sa localisation « . Ce qui invite à sélectionner, pour les aérogénérateurs en mer, des zones  » appropriées « , à l’écart notamment du passage des migrateurs.
L’appel d’offres du gouvernement français demande du reste aux candidats de  » minimiser les impacts sur l’environnement « .
Fin juin, l’Europe comptait quelque 1 250 éoliennes offshore réparties dans 49 parcs et 9 pays, majoritairement en Grande-Bretagne, au Danemark, aux Pays-Bas, en Suède et en Belgique.
P. L. H.  Edition du 13 août 2011 © Le Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Energie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.