En réponse à l’appel des « riches », l’appel des moins riches …

Blog Médiapart le 23 Août 2011  par Jean-Marie MEMIN
 Nous, membres de la classe moyenne plutôt sans patrimoine ni haute relations d’affaires, hommes ou femmes de peu comme cela se disait, avec les surendettés, précaires ou citoyens très modestes, souhaitons l’instauration d’une « attribution exceptionnelle » qui toucherait les contribuables français les moins favorisés. 
Cette attribution serait calculée dans des proportions raisonnables, dans le souci d’éviter les effets économiques indésirables tels que la fuite des capitaux ou l’accroissement de l’évasion fiscale mais surtout de la misère sociale.
Nous sommes conscients d’avoir pleinement bénéficié d’un modèle français et d’un environnement européen auxquels nous sommes attachés et que nous souhaitons contribuer à préserver même si nous pensons que les élus devraient faire un effort financier afin d’aider les plus humbles d’entre nous.
 Cette attribution n’est pas une solution en soi : elle doit s’inscrire dans un effort plus global de réforme, tant sur les dépenses que sur les recettes. Nous suggérons d’ailleurs que si certains de nos concitoyens parmi les plus nantis participent à l’effort commun, cela puisse se faire dans le cadre de l’imposition d’un salaire/revenu maximum et non d’une vague contribution sans lendemain….
Au moment où le déficit des finances publiques et les perspectives d’aggravation de la dette de l’Etat menacent l’avenir de la France et de l’Europe, au moment où le gouvernement demande à tous un effort de solidarité, il nous semble nécessaire d’y contribuer en demandant que cette attribution exceptionnelle s’accompagne d’une nouvelle Constituante.
 Merci au Nouvel Observateur d’avoir fourni la matière à cet appel.
Merci à Médiapart de  le relayer jusqu’au confins du royaume…! 

* * * * *

Xavier Gorce Le Monde du 24 août 2011

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Humour, Politique, réflexion, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.