Règne animal – On devrait plus souvent faire l’autruche

 Nos amies les bêtes ont parfois des habitudes étranges. Et les expressions qui sont dérivées de ces comportements peuvent être tout aussi singulières, qu’elles soient vérifiées ou complètement erronées. Marie-Claude Bomsel, docteur-vétérinaire, en a décryptées quelques-unes pour vous.

Voici un oiseau de taille : l’autruche.

Sélectionné et édité par Daphnée Leportois  Nouvel Obs  10 Août 2011 
C’est un grand paradoxe : quand on dit que quelqu’un fait l’autruche, cela signifie qu’il cherche à se dissimuler l’imminence d’un danger, en se cachant la tête sous le sable comme… une autruche. Pourtant, l’autruche, dans cette position, est particulièrement vigilante.
L’autruche est le plus grand oiseau du monde : elle est haute en cuisses et mesure près de deux mètres. En raison de sa taille, elle a peu de prédateurs, d’autant qu’elle les voit arriver de loin et peut se mettre à courir. Sa taille, alliée à ses redoutables coups de pattes, est donc son principal système de défense.

 Pour se nourrir, elle doit picorer au sol. Elle est alors plus vulnérable. Ce n’est pas pour autant qu’elle ignore le danger : au contraire, elle relève fréquemment la tête. De même lorsqu’elle dort,  le cou étendu sur le sol, son sommeil est toujours ponctué de relevés.

 Quand l’autruche a la tête dans le sable, elle est donc aux aguets. L’expression « faire l’autruche » est injustifiée. Elle proviendrait plutôt de sa curieuse apparence et du fait que l’homme la considère comme un animal stupide.

 Il est vrai que, par rapport à son corps, sa tête est minuscule. Au moins, on ne peut pas l’accuser d’avoir la grosse tête !

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.