Chine – Tibet : Pékin accentue la répression contre les moines tibétains

Trois moines ont été lourdement condamnés pour avoir aidé l’un des leurs à s’immoler en mars

Trois moines tibétains du monastère de Kirti, à Aba dans le Sichuan, ont été condamnés à de lourdes peines de prison, lundi 29 août, pour leur  » complicité «  dans l’immolation par le feu du moine Phuntsog, le 16 mars. L’un d’eux, l’oncle de Phuntsog, est accusé d’avoir caché son neveu et de l’avoir privé pendant onze heures d’accès aux soins.
Or, selon les témoignages recueillis à l’époque par les organisations tibétaines en exil, la police avait frappé le jeune moine lors de l’incident. Les deux autres, âgés de 22 et 21 ans, sont accusés d’homicide volontaire pour avoir préparé l’action de Phuntsog et lui avoir prêté assistance. Enfin, un quatrième moine devrait être prochainement jugé pour avoir diffusé sur Internet des photos de la victime.
Le geste de Phuntsog, âgé de 21 ans et décédé des suites de ses blessures, avait pris de cours les autorités locales : des mesures très strictes de sécurité étaient pourtant en place ce jour-là, anniversaire de la répression sanglante qui avait fait au moins dix morts en 2008, à Aba.
 » On pourrait penser que considérer la responsabilité légale d’une personne qui a caché la victime de l’immolation n’est pas complètement illégitime. Mais il n’y a aucun signe que cela soit la préoccupation des autorités chinoise « , estime le chercheur Nicholas Bequelin, de Human Rights Watch à Hongkong. La sévérité des sentences vise, selon lui, à dissuader le clergé tibétain de s’impliquer dans des actes de protestation.
 » La situation est extrêmement tendue depuis 2008 au monastère de Kirti. Il faut se rappeler qu’en 2009, lors d’une autre immolation par le feu, la police avait tiré sur le moine, d’après les Tibétains qui étaient sur place « , poursuit M. Bequelin. Ce moine eut la vie sauve, mais il a depuis disparu.

L’incident du 16 mars 2011 avait conduit à une réponse musclée des autorités. Des affrontements entre les policiers et des habitants auraient alors fait deux morts parmi les civils. La région fut fermée aux journalistes étrangers et les communications restreintes. Quelque 300 moines ont ensuite été emmenés, en avril, dans un lieu inconnu pour des cours  » d’éducation légale  » – lors desquels les moines doivent faire allégeance au parti et dénoncer le dalaï-lama.
Protestation en hausse
Cette rafle a fait monter d’un cran supplémentaire la répression : les sessions d’ » éducation légale «  ont généralement lieu à l’intérieur des monastères. Les organisations de défense des droits des Tibétains affirment qu’elles ne sont toujours pas en mesure de vérifier ce qu’il est advenu des moines – certains ont pu toutefois être renvoyés dans leur village -, dans quelles conditions ils sont détenus et où. A Aba, qui a le statut de préfecture autonome tibétaine au Sichuan, le monastère de Kirti est vu comme un bastion de l’identité culturelle et religieuse tibétaine. Celui de Ragya, tout proche, est aussi dans le collimateur des autorités, en raison de l’engagement de son rinpoché (lama réincarné), exilé en Inde, pour l’indépendance tibétaine.
La préfecture autonome tibétaine voisine de Ganzi connaît elle aussi une recrudescence d’actes de protestation depuis 2008 – comme la distribution de tracts appelant au retour du dalaï-lama. Les actes radicaux comme les immolations par le feu sont rares – mais un moine s’est à nouveau donné la mort en s’aspergeant d’essence dans une rue de Tawu, à Ganzi, le 15 août, conduisant à un blocus du monastère par la police armée et à des heurts avec les habitants venus défendre les moines.

Brice Pedroletti Pékin Correspondant © Le Monde 03 septembre 2011

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, International, Police, Résistance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.