Espagne Madrid –  » Indignés  » et syndicats dénoncent la réforme constitutionnelle qui sera votée le 6 septembre

Mobilisations pour un référendum sur la  » règle d’or  » à Madrid
 
Les  » indignés  » avaient promis une semaine de mobilisation contre la réforme qui prévoit d’inclure la  » règle d’or  » de l’équilibre budgétaire dans la Constitution espagnole, dans le but de limiter à 0,4 % du produit intérieur brut le déficit des administrations publiques d’ici à 2020. De fait, depuis une semaine, les manifestations et assemblées, plus ou moins fréquentées, sont quotidiennes.
Jeudi 1er septembre, à la veille du vote de la réforme au Congrès des députés, plus de 2 000 personnes ont dénoncé à Madrid un  » coup d’Etat des marchés financiers «  et une réforme qui prétend  » constitutionnaliser une idéologie : le néolibéralisme « . Dimanche, ils étaient plus de 3 000 à défiler entre le siège du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE, au pouvoir) et celui du Parti populaire (PP, opposition de droite), les deux partis à avoir négocié la réforme, sous le mot d’ordre :  » Non à cette réforme de la Constitution ! Pas un seul pas en arrière « .
Brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire  » Ma Constitution, c’est moi qui la vote « , les  » indignés  » ont exigé, jeudi, la tenue d’un référendum, proposition qui a déjà recueilli près de 140 000 signatures sur Internet en un peu plus d’une semaine.
Professeur de sciences politiques à l’université Pompeu Fabra de Barcelone, Viçenc Navarro, à l’origine de la pétition en ligne, souligne que  » limiter le déficit signifie limiter l’investissement dans la société «  et estime que  » cette mesure affecterait très négativement l’Etat-providence espagnol « .
Au-delà des  » indignés  » madrilènes, la  » règle d’or  » suscite un mécontentement croissant en Espagne, où les manifestations se sont multipliées cette semaine. Réforme expresse annoncée le 23 août par le président du gouvernement, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, négociée en moins de quarante-huit heures avec le PP, examinée par le Parlement en urgence le 26 août pour être votée le 2 septembre par les députés et le 6 septembre par les sénateurs, elle est d’autant plus mal vécue que la Constitution de 1978, fruit d’un consensus entre toutes les forces politiques négocié après la mort de Francisco Franco, n’a été modifiée qu’une seule fois, pour le traité de Maastricht.
 » Lamentable « 
Aujourd’hui, seuls le PP et le PSOE soutiennent la réforme de la Constitution. Tous les autres partis ont présenté des amendements et espèrent profiter de cette révision pour introduire d’autres changements dans la Constitution : reconnaissance du droit à l’autodétermination pour les partis nationalistes régionaux, réforme de la loi électorale pour les partis minoritaires ou encore possibilité de choisir entre monarchie et République pour les partis de gauche.
Certains ont évoqué la possibilité de sortir de l’Hémicycle au moment du vote afin de témoigner leur désaccord.
Les principales centrales syndicales, qui trouvent  » lamentable qu’en quatre ans de crise, ce soit l’unique pacte dont aient été capables les deux grands partis « , se sont elles aussi jointes aux mobilisations et ont convoqué une grande manifestation le 6 septembre.
Madrid Correspondance Sandrine Morel  © Le Monde 03 septembre 2011

Manifestation à Madrid contre la règle d’or

L’Humanité
…. 

« Règle d’or »: nouvelle manifestation des « indignés » à Madrid  (AFP)

Les « indignés », mouvement de citoyens dénonçant l’incapacité des dirigeants politiques à sortir de la crise et qui a essaimé en Europe, avaient déjà manifesté la veille et avaient été plusieurs milliers à protester dimanche dans l’ensemble de l’Espagne.
Ils ont reçu la visite et le soutien jeudi de l’ex-diplomate et résistant français Stéphane Hessel, 93 ans, auteur du best-seller « Indignez-vous! » qui a inspiré leur mouvement.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.