France 2 – « On n’est pas couché » : la saison de trop ?

OPINION. Samedi soir, le début de la saison de l’émission de France 2 n’était pas convaincante. Par Florian Courgenouil, contributeur au Plus.
TELEVISION. Samedi soir, l’émission de Laurent Ruquier entamait sa sixième saison sur France 2 sans Eric Zemmour et Eric Naulleau remplacés désormais par Natacha Polony et Audrey Pulvar. Un changement qui ne suffira pas à sauver un programme qui s’essouffle.
Nouvel Obs Par Florian Courgenouil  médias Sélectionné et édité par Melissa Bounoua dimanche 4 septembre 2011

L’année dernière, « On n’est pas couché » montrait déjà des signes de fatigue. Zemmour et Naulleau ne surprenait plus, leur mécanique était toujours la même, on pouvait même s’amuser à deviner à l’avance les mots que chacun allait prononcer devant les invités se succédant sur le fauteuil d’en face.
Des invités qui, d’ailleurs, semblaient de moins en moins prestigieux : les grands habitués de l’émission revenaient souvent (Isabelle Alonso, Samuel Benchetrit, Yann Moix…) et des personnes n’ayant pas une actualité débordante complétaient le plateau. Ce qui était criant notamment avec l’invité politique de début d’émission. Ceux qui auraient eu besoin de faire une vraie promotion ne venaient plus, la faute à Zemmour et Naulleau et leur manie de briser leurs invités ?
 L’essouflement
 Sentant certainement l’essoufflement et peut-être aussi la polémique (relatives aux propos reprochés à Zemmour sur d’autres plateaux de télévision), Laurent Ruquier a donc décidé de remplacer ses deux acolytes pour cette nouvelle saison qui sera par ailleurs celle d’une année d’élection présidentielle.

 Exit donc Zemmour et Naulleau, et on accueille respectivement pour les remplacer Natacha Polony et Audrey Pulvar. Je dis « respectivement » car c’est bien Natacha Polony qui remplace Eric Zemmour et Audrey Pulvar qui prend la place d’Eric Naulleau (voir à ce sujet le billet de Bruno Roger-Petit). 
 Le problème, c’est que, samedi soir, le duo n’a pas été convainquant, loin de là. Sûrement faut-il laisser du temps au temps, le temps de trouver ses marques et sa complémentarité, mais la vérité c’est qu’on s’est ennuyé assez rapidement.
 L’invitée politique était de marque en la personne de Martine Aubry. Pourtant, son interview a manqué de rythme, de relance et de contradiction. Avec une Audrey Pulvar en retrait pendant une bonne partie de l’exercice, peut-être parce qu’elle avait en face la concurrente de son compagnon Arnaud Montebourg…?
 On peut penser ce que l’on veut de Zemmour et Naulleau, côté rythme, relance et animation – indispensables à une émission diffusée si tard et qui dure plus de trois heures (3h45 samedi) – ils savaient y faire. Ce qui a pu conduire certains téléspectateurs, pourtant très critiques à leur égard, à regretter leurs joutes verbales.
 Un manque d’humour 
Comme ils ont dû également regretter Jonathan Lambert. L’humoriste, dont les interventions commençaient également à s’essouffler la saison dernière, a été remplacer par un autre duo composé d’Arnaud Tsamère et Jérémy Ferrari. J’avoue que je ne connaissais pas ces deux humoristes qui ont été mis en lumière il y a quelques mois par Laurent Ruquier (forcément) dans son émission « On n’demande qu’à en rire ».
 C’est bien ce qu’on aurait voulu samedi soir, en rire. Mais à peine, les deux comiques avaient-ils débarqué sur le plateau que le malaise s’était installé : un moment long, pas drôle, pendant lequel de grandes tirades théâtrales composent un sketch lourd.
 Lourd également, le stand-up de début d’émission de Laurent Ruquier qui enchaîne jeux de mots moyens et blagues sur l’actualité déjà entendues toute la semaine. Ce moment-là n’a pas changé : c’eut été une bonne idée.
 Les audiences ont toutefois été bonnes samedi soir, France 2 prenant la première place. L’effet « première de la saison » joue à plein mais il est à parier que l’émission ne tiendra pas la saison dans cette formule et si rien n’est amélioré, surtout quand il faudra se passer d’invité politique pour cause de campagne présidentielle…
Auteur parrainé par Aude Baron

 Audrey Pulvar et Natacha Polony remplacent Naulleau et Zemmour

Publié le 03-09-11 à 08:45     par Le Nouvel Observateur    
A partir de ce soir, ces deux femmes journalistes au caractère trempé et aux idées tranchées passeront sur le gril les invités de Laurent Ruquier. En avant-première, « l’Obs » les a confrontées. Par Elsa Vigoureux
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.