neuf-quinze – Djembégate – affaire Bourgi, duo Villepin-Chirac – l’échange de torpilles ?

09h15 – Et de trois ! Après Takieddine et Djouhri, voici Bourgi, qui complète le puzzle compliqué des financements glauques de la droite.
 Cette fois, le feu est ouvert sur le duo Villepin-Chirac. Reconnaissons à Bourgi, au moins, le sens du récit et le goût du détail pittoresque. Si vous ne deviez retenir qu’une anecdote des révélations de l’avocat à Laurent Valdiguié du JDD (1) (groupe Lagardère, rappelons-le pour ceux qui l’ignoreraient encore), je vous conseille l’affaire des djembés.
Ne sachant où mettre des billets en provenance du président burkinabé Blaise Compaoré, il les apporte à Villepin, cachés dans des djembés. Villepin et sa secrétaire, Nadine Izard, descendent dans la cour de l’Elysée aider Bourgi à décharger sa voiture. Déception bruyante de l’ex-secrétaire général de l’Elysée: « il déconne, Blaise, ce sont encore des petites coupures ».
Pourquoi ces révélations, maintenant ? se demanderont les matinautes méfiants. Parce que Chirac est placé hors-jeu par l’anosognosie (ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de porter plainte, avec une célérité remarquable pour un homme si gravement atteint de troubles de mémoire) ? Parce que Bourgi, comme il l’affirme lui-même, pris d’un soudain haut-le-coeur à l’écoute des réactions de Villepin au livre de Péan, aurait soudain, le 9 septembre au matin, décidé de soulager sa conscience ? Parce qu’on est au coeur du procès Chirac, et à trois jours du verdict Villepin dans l’affaire Clearstream ?
Question annexe: devons-nous, ici, humbles matinautes que nous sommes, choisir notre camp dans cet intéressant échange de torpilles ? Non. Avouons-le humblement: à la différence d’autres, nous ne sommes détenteurs, sur ce sujet, d’aucune information exclusive. « Les accusations de Bourgi (…) ne pourront jamais être prouvées », balaie par exemple François Bonnet, de Mediapart (2), (lien payant) qui ne considère l’affaire que sous l’angle d’une torpille anti-Villepin de la Sarkozie. Peut-être, peut-être. Reconnaissons tout de même à Bourgi la qualité de témoin direct de ce qu’il rapporte, à la différence, par exemple, de la comptable Claire Thibout décrivant d’après ouï-dires les remises d’enveloppes à Sarkozy. Pour démontrer que Sarkozy a fait, quatre ans durant, la politique de sa caste, est-il vraiment besoin de construire une statue de martyr à Saint Villepin ?
1) http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/L-avocat-Robert-Bourgi-raconte-comment-il-a-convoye-jusqu-a-l-Elysee-les-millions-des-chefs-d-Etat-africains-interview-387001/?from=headlines
(2) http://www.mediapart.fr/journal/france/110911/sarkozy-et-le-boomerang-de-largent-africain

 Daniel Schneidermann
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, International, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.