Nouvelle saloperie de Claude Guéant

Plume de presse – 13 septembre 2011

« Interrogé, hier soir, sur les racines de l’insécurité dans la cité phocéenne, lors du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, vient d’avoir cette phrase : « Il y a une immigration comorienne importante qui est la cause de beaucoup de violences. Je ne peux pas la quantifier », cite La Provence. A Marseille vivent pas moins de 80 000 personnes d’origine comorienne. L’ancien consul des Comores dans la cité phocéenne, Stéphane Salord, qui navigue politiquement entre la droite et la droite le centre, réagit : « C’est une communauté exemplaire, qui s’intègre par le travail. Et n’oubliez pas que 75% des Comoriens sont Français ». Même le maire UMPiste, Jean-Claude Gaudin, n’est pas content : « En tant que maire, j’ai toujours oeuvré pour faciliter la coexistence des nombreuses communautés immigrées dans notre ville, même si cela engendre parfois des problèmes difficiles à gérer. Pour autant, on ne peut pas incriminer une communauté en particulier« . Il est d’accord que les immigrés posent problème, fidèle à l’idéologie nationale-sarkozyste, mais pas les Comoriens en particulier… Passons. Toujours est-il que Guéant vient d’inventer de nouveaux bouc-émissaires. Outre l’avantage de flatter l’électorat d’extrême droite dans le sens du poil, il y voit sans doute un autre avantage : faire oublier la nouvelle suppression de postes de policiers et de gendarmes, qui seront 3000 de moins en 2012. Formidable hypocrisie de cette UMP qui prétend faire de l’insécurité un cheval de bataille…

 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Démocratie, Police, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.