Présidentielle 2012 – Plagiat : « Mon modèle, c’est (la campagne) de Mitterrand en 1988.

Nouvel Obs 12 septembre 2012 par Bruno Roger Petit chroniqueur politique Sélectionné et édité par Hélène Decommer

Sarkozy 2012 : un plagiat de la Force tranquille ?

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE. « Mon modèle, c’est (la campagne) de Mitterrand en 1988. Je veux une campagne pugnace et courte ». Voilà ce qu’a récemment dit Nicolas Sarkozy. Une parole mise en image dès aujourd’hui ?
Hier  matin Europe 1 a révélé l’existence d’un document envoyé aux militants UMP et destiné à leur indiquer quelles seront leurs missions pour l’année qui vient.
 Élément troublant, ce document est accompagné d’une photographie de Nicolas Sarkozy (sera-t-il candidat en 2012 ? Mystère) qui ressemble terriblement à une affiche de campagne électorale

Bien évidemment, le parallèle s’impose d’entrée avec une affiche demeurée célèbre dans l’histoire des campagnes électorales, celle de « La Force tranquille  » de Mitterrand en 1981. Comme son prédécesseur, Nicolas Sarkozy prend la pose dans le cadre rustique d’un paysage authentiquement français, devant un pré apaisant environné d’arbres que l’on devine centenaires.
On note cependant une différence par rapport à la version de 81, le personnage principal ne pose pas immobile dans ce décor (sans clocher, hélas…) il y pénètre, il est en mouvement. On devine donc aisément le message subliminal : le président est enraciné dans l’histoire d’un vieux pays, mais il n’y est pas figé. Lui, il avance.
 Ce n’est pas la première fois que l’imagerie sarkozienne puise dans l’univers mitterrandien. En 2007, l’affiche du candidat Sarkozy présentait déjà de faux airs de « Force tranquille », à cette différence près que le paysage devant lequel le candidat prenait la pose avait l’air parfaitement artificiel.
Suite Lire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.