Bettencourt – Claire Thibout : l’ex-comptable entendue, son avocat pointe l’Elysée

 Nouvel Obs  14-09-11 
  Claire Thibout devait répéter au juge qu’elle préparait des enveloppes d’argent en espèces que les Bettencourt remettaient à des personnalités politiques.
L’ex-comptable des Bettencourt, Claire Thibout, était toujours au palais de justice de Bordeaux, mercredi 14 septembre en fin de matinée, en réponse à une convocation du juge d’instruction Jean-Michel Gentil, chargé d’instruire les affaires Bettencourt.
Claire Thibout, apparemment détendue, est arrivée à 9h20 accompagnée de son avocat Me Antoine Gillot, pour cette audition qui pourrait durer toute la journée.
Un peu plus tard, celui-ci, qui n’assistait pas à l’audition de sa cliente, a déclaré devant la presse qu’elle « avait l’intention de répéter ce qu’elle a déjà déclaré devant les services de police », sur les fortes sommes en espèces qui circulaient au domicile des Bettencourt pour être en partie remises à d’autres personnes, notamment des hommes politiques.
Il s’est aussi « réjoui » que Claire Thibout « soit enfin entendue par un juge d’instruction, c’est à dire un juge indépendant, et que l’affaire « soit sortie des griffes du parquet de Nanterre ».
Bettencourt reçue par Sarkozy
Il a noté « l’implication de l’Elysée dans cette affaire depuis le départ », assurant que le président Nicolas Sarkozy « avait en cours d’enquête reçu à l’Elysée à deux reprises Liliane Bettencourt », « venue le voir pour lui demander d’arrêter cette affaire », en l’occurrence la guerre judiciaire menée contre le photographe François-Marie Banier par sa fille Françoise.
« Il s’est impliqué dans un litige qui à l’époque était strictement privé », a souligné Me Gillot, et « à partir de ce moment, comme par hasard, le procureur (de Nanterre, Philippe) Courroye, a décidé que cette affaire devait être classée ».
L’avocat a remarqué aussi que les enregistrements réalisés chez les Bettencourt par le majordome Pascal Bonnefoy, son autre client dans cette affaire, « ont également révélé que Liliane Bettencourt et son entourage étaient informés quasiment en direct de la position qu’allait prendre le parquet de Nanterre à l’époque, c’est-à-dire le classement sans suite de cette affaire ».
50.000 euros pour Woerth ?
Concernant le financement d’hommes politiques, il a rappelé que sa cliente dit avoir assisté pendant la campagne présidentielle de 2007 à la remise par l’intermédiaire de Liliane Bettencourt de 50.000 euros en espèces au gestionnaire de fortune de la milliardaire, Patrice de Maistre, qui le lendemain rencontrait Eric Woerth, l’ancien ministre et ancien trésorier de l’UMP.
Il a qualifié « d’élément important » les propos récents de la juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez selon lesquels des témoins ont assisté à des remises d’espèces à Nicolas Sarkozy chez les Bettencourt. Il a rappelé que « d’autres membres du personnel ont été entendus par la police et ont confirmé ces enveloppes qui circulaient, notamment au profit de politiques »
Le Nouvel Observateur – AFP

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Justice, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.