Journée du patrimoine – Une belle curiosité à partager. : Palais abbatial de Royaumont Val-d’Oise, (architecture rarissime en France)

Le Monde samedi 16.09.11
Visiter le palais abbatial de Royaumont et repartir avec l’argenterie – Retour historique. Extrait
Ces deux Journées du patrimoine européen, les samedi 17 et dimanche 18 septembre, sont l’occasion, pour la première et dernière fois, de visiter ce qui fut, sans doute, l’une des plus somptueuses villégiatures du Val-d’Oise, classée monument historique, à 35 km au nord de Paris.
Cette villa palladienne (architecture rarissime en France) est inhabitée depuis trente ans. L’ancien palais abbatial d’Henri Eleonore François Le Cornut de Ballivières, aumônier personnel de Louis XVI, surgit entre deux bosquets, à l’extrémité d’un canal qu’enjambe un petit pont de pierre.

Le visiter, c’est aussi jeter son dévolu sur un bureau Directoire, une paire de chenets, un écritoire de voyage, un brûle-parfum… pièces de la formidable collection d’objets d’art et de mobilier ancien qu’elle recèle. Tout est à vendre, sauf les murs. Jusqu’aux pièces d’exception estampillées, comme la table d’appui, en bronze doré, signé Thomire, le grand bronzier de Louis XVI, ou la paire de fauteuils de l’ébéniste Jean-Jacques Pottier, réalisée en 1760, et en parfait état.
Billard et trictrac
Ce mobilier sera dispersé aux enchères par Christie’s, à Paris, du 19 au 21 septembre. « On peut venir tout voir, les cuisines, les salons, toucher, retourner un fauteuil, un miroir, chaque pièce est étiquetée.
L’actuel propriétaire, Nathaniel de Rothschild, qui vit aux Etats-Unis, a décidé de vider la maison familiale, pour le destiner, non pas aux séminaristes, mais aux séminaires d’entreprise… Les mille lots, proviennent de la collection rassemblée par son ancêtre, Eugène, baron Fould Springer, descendant de l’une des plus illustres familles de financiers du XIXe, qui acheta le domaine en 1923.
Un retour historique s’impose. L’abbé de Ballivières avait été nommé par le roi, en 1781, abbé commendataire de Royaumont, l’abbaye cistercienne fondée par Saint Louis au XIIIe siècle. Cistercien, le logis l’est trop. Il fait bâtir par Louis Le Masson un palais confortable qu’il équipe avec billard et trictrac. Du premier cercle de Marie-Antoinette, cet homme de cour passait, dit-on, ses nuits à jouer.
A la Révolution, l’abbaye est en partie détruite, transformée en carrière de pierres, puis reconvertie en usine de tissage avec logements ouvriers. Aujourd’hui, elle abrite une fondation culturelle réputée pour sa saison musicale et chorégraphique. Le palais abbatial, lui, fut épargné par les révolutionnaires. Il passa de main en main avant d’être racheté par le baron Fould Springer. Il a su choisir les chefs-d’oeuvre du XVIIIe siècle et rassembler une rare collection de sièges, peintures et dessins du XIXe.

L’imposante bâtisse de plan carré, au néoclassicisme épuré, peu orné, doit son élégance aérienne au grand escalier d’apparat prolongé d’un perron à arcades. L’intérieur, baigné de lumière dans l’esprit du Trianon de Versailles, s’articule autour d’un escalier de pierre blonde, spirale monumentale. L’ensemble a gardé intact le charme d’une belle maison pleine de vie. Comme si elle s’apprêtait à accueillir la famille entière avec bagages et enfants. Salons, fumoir, boudoir, chambres innombrables, avec salles de bains et escaliers dérobés, chaque pièce a son propre décor peint, ses boiseries, son mobilier, ses tapis, guéridons, bureaux, fauteuils, tableaux…
 Une belle curiosité à partager.
Palais abbatial de Royaumont, Asnières-sur-Oise (Val-d’Oise). Sur le Web : Christies.com.
Florence Evin

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Loisirs Tourisme, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.