Belgique – Nouvel épisode de la crise institutionnelle belge : Le premier ministre, Yves Leterme, s’en va

Bruxelles Correspondant Le temps 15 septembre

Le premier ministre, Yves Leterme, a annoncé son prochain départ pour l’OCDE

 Yves Leterme, le premier ministre belge chargé des affaires courantes depuis près de dix-sept mois, a annoncé, mardi 13 septembre, qu’il allait quitter la politique.
Il devrait devenir, à la fin de l’année, secrétaire général adjoint de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), à Paris. Quelques heures plus tard, celui qui espérait lui succéder, Elio Di Rupo, a indiqué qu’il constatait un blocage des négociations menées depuis deux semaines avec l’espoir de former une coalition fédérale.
Les huit partis que le président du PS francophone et  » formateur  » désigné par le roi Albert II tente de mettre d’accord sur un programme de réformes institutionnelles devaient se revoir mercredi pour une réunion décrite par M. Di Rupo lui-même comme  » une dernière tentative « .  » Il en va de l’avenir du pays « , a-t-il prévenu.
Ce double coup de tonnerre dans un ciel politique déjà tourmenté rend un peu plus improbable toute solution autre qu’un retour aux urnes. Et ces élections-ci pourraient bien être  » les dernières de la Belgique fédérale « , prévient Christian Behrendt, professeur de droit constitutionnel à l’université de Liège. De quoi confirmer la mise en garde de M. Di Rupo, qui a plaidé pour  » un ultime sursaut de tous les partis réunis autour de la table « .
Alors que les élections législatives ont eu lieu il y a 458 jours, le départ annoncé de M. Leterme réduit l’hypothèse de voir le gouvernement d’affaires courantes rester en place pendant des mois encore. Le responsable chrétien-démocrate flamand doit prendre ses nouvelles fonctions le 31 décembre au plus tard et jamais, dans l’histoire du pays, le scénario du remplacement d’un premier ministre d’affaires courantes n’a été envisagé.
Plan d’économies
Le gouvernement du premier ministre sortant, dont la légitimité sera affaiblie, pourra, au mieux, s’attaquer à la confection du budget de 2012 afin d’éviter d’exposer le royaume aux attaques des marchés financiers. Et même ce travail ne sera pas simple puisque l’Etat fédéral devra engager un important plan d’économies. Les négociations institutionnelles qui ont repris le 29 août semblaient pouvoir aboutir parce que les séparatistes de la Nouvelle alliance flamande (NVA) en avaient été exclus.
En réalité, elles ont rapidement buté sur les mêmes obstacles que lors des essais précédents : l’ampleur des transferts vers les régions, le financement de ces dernières et, surtout, le sort de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le dernier arrondissement bilingue du pays qui, s’il était scindé, poserait la question des droits de la minorité francophone en Flandre.
Jean-Pierre Stroobants Bruxelles Le Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.