Témoignage – Tours : le théâtre en langue des signes.

Actualité Ma Ville Tours 17/09/2011

 “ Le plus grand handicap, c’est la connerie ”

 
Mireille Lecoustre est sourde depuis l’âge de 10 ans : « J’ai commencé le théâtre en 4e, car j’avais fait le choix de me battre. Je me suis dit : “ Ou je me cache, ou je me montre ”. »

 

 Mireille Lecoustre anime à Tours des cours de peinture et de théâtre en langue des signes, qui rassemblent des sourds et des valides.
Assise dans son atelier de peinture au milieu des pinceaux et des toiles, chez elle à Saint-Cyr-sur- Loire, Mireille Lecoustre profite de ce petit matin calme de septembre pour parler de ce qui l’a poussée, à 13 ans, à « faire de sa vie un défi pour vivre comme tout le monde », alors qu’une méchante tumeur venait de la rendre sourde et de provoquer une paralysie faciale terriblement difficile à supporter. « Pourtant, en 4e, je me suis dit : Ou je me cache, je me tais et je meurs, ou je me bats et je me montre . Je me suis alors inscrite à un cours de théâtre avec des entendants. Je voulais imposer ma gueule. »
Près de quarante ans plus tard, Mireille reste sur la même ligne, qu’elle essaie de transmettre à ces élèves, au patronage laïque La Fuye, où elle enseigne le théâtre en langue des signes. « Les sourds se disent souvent que le théâtre, ce n’est pas pour eux. C’est faux. » Ils sont d’ailleurs naturellement doués en mime, une pratique que Mireille encourage lors de matchs d’improvisation entre une équipe de sourds et de valides.
 Elle voudrait profiter de cette période de rentrée pour inciter d’autres Tourangeaux à les rejoindre. Les sourds ont tellement peu accès au monde extérieur qu’ils restent souvent, malgré eux, centrés sur leur communauté. « Même les infos locales nous échappent. Les émissions de France 3 Centre ne sont pas sous-titrées, ni celles de TV Tours. »
Sur le clavier de son ordinateur, Mireille pianote l’adresse du site internet où est mis en ligne un court-métrage qui lui est consacré. Dès le début, on l’entend prononcer ces mots définitifs : « On (les sourds, N.D.L.R.) est juste différent, et pour certaines personnes, la différence, cette différence-là, c’est une infériorité. Auquel cas on pourrait dire que le plus grand handicap, ce serait la connerie, mais ça ne se soigne pas. Il n’y a même pas de fauteuil, même pas de roue pour aider, rien. »
Mireille a son franc-parler et elle aime beaucoup rire, également, des petites situations absurdes de la vie en général. Avec son compagnon, Jérôme Pascal, sourd de naissance, formé auprès d’Emmanuelle Laborit, Mireille a monté une pièce intitulée « Sacha et Macha, les tribulations d’un couple sourd ». Ce débat sur le choix du réveil, lumineux ou vibrant, quel sketch !
Magalie Basset  Maville.com 
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Handicap, Loisirs Tourisme, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.