Vers un nouveau déremboursement de 600 médicaments ?

France Soir – 19 septembre 2011
Le gouvernement envisage de dérembourser près de 600 médicaments en s’attaquant au déficit de la Sécurité sociale. Il présentera son projet jeudi devant l’Assemblée nationale.

Le gouvernement avait déjà annoncé le déremboursement de 126 médicaments en janvier dernier
Le gouvernement présentera jeudi son projet de loi de financement de la Sécurité sociale à l’Assemblée nationale. L’objectif étant de diviser par deux le déficit de la Sécu d’ici à 2012. Le déremboursement de près de 600 médicaments, dont les bénéfices pour la santé seraient jugés incertains, serait l’une des pistes envisagées par le gouvernement.
Pour la seule branche maladie, qui affiche un trou de 14,5 milliards d’euros cette année, il s’agit d’ économiser 2,5 milliards d’euros. Pour économiser près d’un milliard d’euros, l’une des pistes consisterait à dérembourser les médicaments dont le fameux SMR (service médical rendu) est jugé insuffisant. 
Le gouvernement avait annoncé le déremboursement de 126 médicaments en janvier dernier. Mais cette période semble révolue puisque selon Yves Bur, rapporteur de la commission des Affaires sociales, 600 médicaments à « vignette orange » pourraient faire les frais de cette nouvelle politique d’économie.
Le taux de remboursement de ces médicaments passerait de 35 % à 15 %. « Cette classe de médicament n’apporte aucun service médical », explique cet élu. Dans un rapport rendu public le 8 septembre, la Cour des comptes est allée dans le même sens.
Le ministre de la Santé Xavier Bertrand envisagerait d’aller plus loin en baissant le prix de certains médicaments, et donc du montant remboursé par la Sécurité sociale. Le ministère espère en retirer environ 700 millions en 2012. Par ailleurs, une nouvelle taxe sera appliquée aux laboratoires pour financer la formation continue des médecins.

Métro, boulot, caveau…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.