Karachi: la police luxembourgeoise met en cause Nicolas Sarkozy

Mediapart – 02 juin 2010 | Par Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme

MM. Sarkozy et Balladur MM. Sarkozy et Balladur© Reuters

Un rapport de la police luxembourgeoise désigne Sarkozy comme l’architecte, en 1994, d’un dispositif occulte utilisé pour le financement illicite de la campagne présidentielle de Balladur. «Une partie des fonds qui sont passés par le Luxembourg reviennent en France pour le financement de campagnes politiques françaises», affirment les policiers.

——-

Voici un communiqué de l’Élysée

“Communiqué de la Présidence de la République
La Présidence de la République tient à apporter les précisions suivantes :

– M. Nicolas SARKOZY n’a jamais dirigé la campagne de M. Edouard BALLADUR.
– Il n’a jamais exercé la moindre responsabilité dans le financement de cette campagne. Il en était le porte-parole.
– S’agissant de l’affaire dite de « Karachi », le nom du chef de l’Etat n’apparaît dans aucun des éléments du dossier. Il n’a été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier. Il y est donc totalement étranger d’autant plus qu’à l’époque où il était ministre du Budget, il avait manifesté son hostilité à ce contrat comme cela apparaît dans les pièces de la procédure.
– Les familles des victimes de l’attentat de Karachi ont droit à la vérité et au respect de leur souffrance.

Tout le reste n’est que calomnie et manipulation politicienne”.

Dont acte.

Simplement comme l’a noté Fabrice Arfi sur Twitter, une phrase de ce communiqué pose une question en termes de séparation des pouvoirs.

S’agissant de l’affaire dite de « Karachi », le nom du chef de l’État n’apparaît dans aucun des éléments du dossier. Il n’a été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier.

Comment la Présidence de la République le sait-elle ? Il n’y a donc pas de séparation des pouvoirs ?

(Guy Birebaum – jeudi 22 septembre)

—————-

Karachi : TF1 trappe une enquête du 20h à la dernière minute
Par la rédaction de Arrêt sur images – le 22/09/2011  

Attention, sujet sensible. Selon nos informations, hier soir, TF1 devait diffuser une enquête de plus de 3 minutes, réalisée par Laure Debreuil et Tristan Waleckx, sur le financement de la campagne d’Edouard Balladur en 1995, après la mise en cause de deux proches de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, tous deux mis en examen.

D’après un journaliste de TF1, contacté par @si, cette enquête de 3 min 30, qui comprenait notamment le témoignage d’anciens membres du Conseil constitutionnel, « balançait pas mal ». Mais quelques minutes avant le début du journal, le sujet a été invalidé en haut lieu », alors qu’il avait été validé par le chef de service du journaliste en question. Notre source explique : « Au débrief’, ça a commencé à chauffer entre journalistes ». Car au lieu de diffuser ce sujet, Laurence Ferrari s’est contentée d’un off…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.