Affaire Takieddine : et maintenant la justice sur les traces de Jean-François Copé

Médiapart – 22 septembre 2011 | Par Fabrice Arfi et Karl Laske 

Takieddine et Copé.Takieddine et Copé.© Mediapart
 
Bénéficiaire de voyages offerts par Ziad Takieddine, le secrétaire général de l’UMP apparaît dans la comptabilité du marchand d’armes dévoilée par Mediapart. Des pièces obtenues par les policiers montrent que Ziad Takieddine, qui ne payait pas d’impôts en France, s’est servi de l’ancien ministre du budget dans les litiges fiscaux d’autres hommes d’affaires. Un courrier de Jean-François Copé efface pour les deux tiers l’ardoise du patron d’un puissant groupe agroalimentaire, Gérard Achcar.
——————-
 
LeMonde.fr – 23/09/11
Le nom d’un nouveau ténor de la droite apparait dans le dossier Takieddine. Selon Mediapart, la justice s’intéresse de près aux relations entre le principal intermédiaire des ventes de sous-marins au Pakistan, mis en examen le 14 septembre pour « complicité et recel d’abus de biens sociaux », et Jean-François Copé.

Le site, qui a mis la main sur une importante somme de documents, avait publié cet été des photos montrant Ziad Takieddine en compagnie de personnalités de l’UMP, dont Brice Hortefeux et l’actuel patron du parti présidentiel. Ils figuraient en vacances et souriants dans les propriétés ou le yacht de l’intermédiaire. M. Copé n’avait pas nié le connaître, mais il parlait alors  de « relations strictement amicales ».

Il pourrait s’agir de plus que cela. A l’époque des clichés, entre 2003 et 2004, Jean-François Copé était en effet ministre du budget. Or, M. Takieddine fait aujourd’hui l’objet d’une enquête pour fraude fiscale. Ses biens en France ont été saisis. Il est soupçonné de n’avoir payé aucun impôt entre 2002 et 2007, puis 2009, malgré d’importants biens en France.

Mediapart affirmait que « plusieurs inspecteurs et contrôleurs » des impôts avaient à l’époque engagé des vérifications entre 2004 et 2005, ‘ »sans suite à ce jour ». Questionnés sur ce point. M. Copé et Valérie Pécresse, actuelle ministre du budget, ont argué qu’il s’agissait là d’une affaire « privée », que le secret fiscal leur interdisait de mentionner. M. Copé avait également démenti « toute intervention » en rapport avec la situation fiscale de M. Takieddine lorsqu’il était au budget.

COPÉ SE DÉFEND

Mediapart a révélé dans un nouvel article publié jeudi 22 septembre qu’une pièce versée au dossier et émanant de M. Takieddine évoquait un « avoir de la famille Copé » pour un montant de 19 050 euros, signalé dans une entrée de livre de compte récapitulant des voyages effectués par la société Translebanon. M. Copé avait à l’époque reconnu avoir effectué des voyages aux frais de M. Takieddine, mais en parlant de « relations strictement amicales », « sans aucun lien » avec ses « activités électives ou ministérielles ».

Or le site évoque aussi un dossier, trouvé dans les affaires de Ziad Takieddine. A l’intérieur de ce dossier concernant un litige fiscal, une lettre, dans laquelle M. Copé propose à un homme d’affaires, Gérard Achcar, une solution à son conflit avec le fisc. Le ministre lui indique un dispositif qui lui permettra ‘ »l’abandon des deux tiers des bases » d’imposition.

Selon le site, M. Achcar, qui dit ne pas connaître M. Takieddine, soupçonnerait leur avocat commun, Me Foissac, d’avoir évoqué l’affaire avec ce dernier. « Je ne sais pas comment M. Takieddine a eu accès à mon dossier », explique Gérard Achcar.

Un autre témoin évoque M. Takieddine : Boris C., un ancien commerçant, raconte à Mediapart avoir été présenté à l’intermédiaire par « un ami », qui lui avait confié qu’il avait « des relations au plus haut niveau ». Lui aussi en litige avec le fisc, il a transmis une lettre à l’intermédiaire, mais dit que le litige n’a pas abouti.

Questionné par le site, M. Copé n’a pas nié que M. Takieddine soit intervenu auprès de lui sur ces cas, mais a assuré que « tous les dossiers qui lui ont été soumis ont été instruits par l’administration fiscale dans le respect des règles en vigueur ».

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Justice, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.