Sénat – Basculement des « granzélecteurs » ? : … les valises, les mallettes, les sacoches, les fadettes, les greffières, les princesses ?…

 neuf-quinze /  neuf-quinze@arretsurimages.eu
 Sénat, les mystères du culbuto
 09h15 – La vraie surprise, c’est que le basculement « historique » du Sénat ait surpris tout de monde. Le suffrage universel, lui, peut légitimement surprendre. Le corps électoral, cette vaste terre inconnue où ne pénètrent guère les caméras, est régulièrement saisi de soubresauts que ni les sondages, ni les Renseignements Généraux, n’avaient anticipés.
Mais les « granzélecteurs », ces notables placés en permanence sous les projecteurs de leur commune ou de leur canton, cet échantillon limité et forcément représentatif, ce panel grandeur nature, comment peuvent-ils, eux aussi, réserver ce genre de surprise ?

Les raisons raisons profondes du basculement, il faudra donc attendre quelques jours pour les connaître. Il faudra attendre d’aller sonder, au coeur de son « territoire », le « grantelecteur » morbihannais ou lozérien, ce modéré allergique aux étiquettes, ce culbuto énigmatique qui, ce coup-ci, a basculé à gauche. Pourquoi ? La fermeture du tribunal, du service hospitalier qui oblige à se rendre à la préfecture pour se faire soigner, de la poste remplacée par une « agence postale » ? Les valises, les mallettes, les sacoches, les fadettes, les greffières, les princesses ? Tout cela mélangé ? Autre chose encore ?

La densité des éléments de langage matinaux, en tout cas, semble comme d’habitude directement proportionnelle à la surprise. « C’est une raclée pour Sarkozy  » triomphent les socialistes. « Pas du tout, on s’y attendait, c’était écrit, réplique la droite. C’est la conséquence naturelle des votes intervenus depuis 2004″. Ah tiens ? Si tous s’y attendaient, ils l’ont bien caché jusqu’à dimanche soir, aux alentours de 19 heures. Il faut saluer leur capacité de dissimulation.

 Daniel Schneidermann

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.