Fondation Abbé Pierre – Octobre 2011

Je m’interroge

Près de 10 millions de personnes sont touchées de près ou de loin par la crise du logement et doivent faire d’importants sacrifices pour se loger : santé, nourriture, chauffage… Les dépenses essentielles sont réduites et bien souvent les temps de trajet domicile/travail sont allongés au détriment de la vie de famille… Le problème du logement n’est vraiment pas qu’un problème de logement.

 

 

Je m’informe 

Parce que le logement nous concerne tous…

 

Nous avons tous été – ou serons – à la recherche d’un lieu où vivre, avec notre famille, nos enfants, un lieu pour nos parents. Or, en dix ans, les prix de vente pour devenir propriétaire ont doublé et les loyers dans le parc privé ont augmenté de 50 %. Le logement est désormais le premier poste de dépenses des ménages, qui y consacrent parfois jusqu’à la moitié de leurs ressources !

 

La Fondation Abbé Pierre estime que près de 10 millions de personnes sont touchées de près ou de loin par la crise du logement.

 

Cette situation a des conséquences sur notre quotidien et peut conduire à d’importants sacrifices : restriction des dépenses d’alimentation et de santé, dégradation des conditions de vie, allongement des trajets du domicile au travail… Derrière le problème du logement se cachent de nombreux autres problèmes.

… mobilisons-nous

69 % des Français* jugent que l’action des pouvoirs publics n’est pas satisfaisante pour résoudre ces difficultés. À quelques mois des élections présidentielle et législatives, il faut agir !

C’est pourquoi la Fondation Abbé Pierre appelle à une Mobilisation générale pour le logement. Plus nous serons nombreux à nous mobiliser, plus nous pèserons auprès des candidats pour qu’ils s’engagent fermement à mener une autre politique du logement.

Parce qu’il est une priorité pour les Français, le logement doit devenir une priorité pour leurs représentants politiques. Sans attendre.

 

 

*Sondage Sofres, juin 2011

 

 

 

1– Produire suffisamment de logements accessibles

  • Programmer 500 000 logements par an, pendant 5 ans, dont 150 000 logements vraiment sociaux.
  • Imposer des contreparties sociales aux aides publiques.
  • Lutter contre la vacance injustifiée des logements.
  • Libérer des terrains à bâtir à un prix raisonnable.

2 – Réguler les marchés et maîtriser le coût du logement

  • Encadrer les loyers.
  • Réguler les prix de l’immobilier.
  • Revaloriser les aides personnelles au logement.
  • Lutter contre la précarité énergétique.

3 – Moins d’injustice et plus de solidarité

  • Intervenir massivement contre l’habitat indigne.
  • Enrayer les impayés de loyer et prévenir les expulsions locatives.
  • Donner une priorité absolue à l’accès au logement des personnes en difficulté.
  • Offrir des solutions dignes d’hébergement et d’accompagnement aux personnes les plus défavorisées.

4 -Construire une ville équitable et durable : un impératif pour vivre ensemble

  • Renforcer les obligations de la “loi SRU” en imposant 25 % de logements sociaux.
  • Instaurer des “secteurs de mixité urbaine et sociale”.
  • Sécuriser l’accession à la propriété et recentrer les aides sur les classes modestes et moyennes.
  • Corriger les inégalités entre territoires et mener une politique de la ville ambitieuse.

Cette mobilisation doit permettre d’établir un “Contrat social pour le logement” sur lequel devront s’engager les candidats à l’élection présidentielle. La Fondation Abbé Pierre en suivra la mise en œuvre.

                                     Je signe la pétition

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Logement, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.