Crise de la dette : Dexia chute, l’Italie dégradée

Les Bourses européennes ont poursuivi leur recul mardi face aux nouvelles incertitudes autour du sauvetage de la Grèce alors que la crise de la dette menace de faire tomber une première banque, Dexia.
 L’établissement franco-belge a annoncé dans la nuit des mesures qui pourraient aboutir à son démantèlement, ce qui a fait s’effondrer son cours de Bourse mardi sous 1 euro. Sur les marchés boursiers, Athènes a plongé de 6 %, Paris a terminé en baisse de 2,61 % et Francfort de 2,98 %.
A New York, Wall Street a rebondi en toute fin de séance : le Dow Jones, qui avait fini lundi au plus bas depuis un an, a repris 1,44 %. Les valeurs bancaires américaines ont notamment décollé après la publication d’un entretien d’Olli Rehn au Financial Times.
Le Commissaire européen aux affaires économiques y estime que l’idée d’une « approche concertée et coordonnée » pour renforcer les banques est « de plus en plus partagée ». Juste après la clôture de Wall Street cependant, l’agence d’évaluation Moody’s a abaissé de trois crans, à A2, la note de l’Italie. Elle a expliqué sa décision par les risques qui pèsent sur le financement de la dette à long terme et l’atonie de la croissance.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.