Syrie – Les opposants syriens pourchassés jusqu’à Paris – témoignages

Syrie – Aider, écouter, conforter l’opposition syrienne

L’opposition syrienne s’organise. C’est un tout premier pas, mais il est encourageant.
En parvenant, samedi 1er et dimanche 2 octobre à Istanbul, en Turquie, à se donner une direction structurée, le Conseil national syrien (CNS), la contestation au régime de Bachar Al-Assad vient de combler un vide qui ne pouvait qu’être mis à profit par celui-ci en arguant d’une rhétorique coutumière : « Moi ou le chaos. »
Le CNS regroupe une large palette de sensibilités allant des Frères musulmans aux libéraux, des acteurs de l' »intérieur » aux exilés politiques de longue date.
Depuis la mi-mars, le pouvoir syrien a déployé toute la panoplie d’un arsenal répressif impitoyable contre une révolte que rien – ni la mort, ni la torture, ni la prison, ni les enlèvements – ne semble devoir intimider.
A Istanbul, tous ceux qui ont décidé de se dresser contre la dérive sanglante d’un clan concentré sur sa seule survie ont envoyé un message clair. Le CNS n’est pas moins légitime qu’un pouvoir qui n’hésite pas à recourir à tous les moyens, sur le sol syrien comme à l’étranger, comme l’attestent les témoignages que nous publions dans cette édition, pour écraser ou museler ceux qui le contestent.
La direction du CNS, composée en partie d’intellectuels reconnus, est un cinglant démenti au discours officiel syrien réduisant inlassablement la contestation qui le défie à des bandes armées, si nécessaire djihadistes.
Bâtir une maison commune, un front anti-Al-Assad, après une première tentative avortée en 2005, n’allait pas de soi. Aux clivages historiques opposant les libéraux aux islamistes, s’ajoutait la difficulté de ne pouvoir s’organiser, comme ce fut le cas en Libye en février, à Benghazi, sur une partie du territoire libérée du joug d’un appareil sécuritaire qui quadrillait le pays depuis un demi-siècle.
La création du CNS et la réaffirmation du pacifisme de l’opposition interviennent au moment où s’esquisse, çà et là, la tentation du passage à la lutte armée, qui serait utilisée avec profit par le régime pour justifier une répression décuplée. Ses antécédents plaident, si on ose dire, pour lui.
La mise en ordre de la contestation était nécessaire, mais on doute qu’elle suffise à faire fléchir, notamment au Conseil de sécurité des Nations unies, les pays émergents, qui se réfugient lâchement dans le refus de l’ingérence dans les affaires intérieures d’autrui pour justifier un silence coupable.
A la communauté internationale, le CNS ne demande pourtant pas de faire la guerre à la famille qui a mis un pays en coupe réglée, mais plus simplement la protection de ceux qui se dressent contre elle.
Cette voix-là doit être entendue et ce message martelé. Certes, nombreux sont les experts à considérer que le régime ne survivra pas longtemps à l’épreuve et que le courage admirable de ceux qui le défient finira par payer. Cette lecture optimiste ne dispense pas d’agir. Tout ce qui pourra conforter le CNS doit être tenté.
Editorial du « Monde »  03.10.11

 Portraits d’opposants syriens agressés à Paris

LEMONDE.FR | 03.10.11
Portfolio sonore : témoignages vidéos

Les opposants syriens pourchassés jusqu’à Paris

 Loin de Rastan, dont l’armée syrienne a repris le contrôle ce week-end au prix de dizaines de morts et de cinq jours de bombardements à l’arme lourde. Loin d’Istanbul où l’opposition syrienne au régime de Bachar Al-Assad a mis en place un Conseil national de 190 membres. Si loin, mais si semblable. Le sort de la révolution syrienne, qui a débuté le 15 mars dernier, se joue aussi à Paris, théâtre d’une guerre de l’ombre menée par les moukhabarat, les redoutés et pléthoriques services de renseignement syriens. Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Amnesty International s’inquiète de ces pratiques de fichage et d’intimidation, qui peuvent aller jusqu’à l’agression brutale.
La scène se répète tous les week-ends sur la place du Châtelet. A 17 heures, plusieurs dizaines de Syriens et de sympathisants à leur cause se rassemblent autour de la fontaine. Ils déploient drapeaux, affiches et photos dénonçant la dictature et la répression en Syrie. L’atmosphère paraît chaleureuse, fervente. Tout ce que risquent ces manifestants, se dit-on, est l’indifférence.
Un œil plus exercé remarquera le manège des mouchards qui tournent à pied ou en voiture, filmant l’assistance avec leurs téléphones portables. Le 26 août dernier, Azad Namo s’occupait de la sono. « J’ai entendu une insulte. Soudain, des mains ont empoigné mon visage par derrière. Je me suis débattu, une femme a tenté de me mordre. Quand j’ai chuté au sol, au moins cinq personnes, deux jeunes hommes, deux jeunes femmes et une femme plus âgée, me donnaient des coups de pied, de poing. » Azad, photographe de formation, a quitté la Syrie en 2008 à la suite d’un séjour en prison de deux mois et demi pour avoir célébré le Nouvel An kurde. Militant de la cause de ce peuple, il est aussi un membre de la Déclaration de Damas, une coalition d’opposants.
Les deux policiers en civil affectés à la protection du rassemblement du 26 août, autorisé par la préfecture, sont vite débordés par l’irruption des casseurs. Pendant qu’Azad se faisait agresser, plusieurs manifestants sont pris simultanément à partie par des « infiltrés », qui crient des slogans à la gloire du président syrien.
Shevan Amhani est également roué de coups. Agé de 31 ans, il vit en France depuis 11 ans, où il est responsable d’exploitation dans une société de transports. Ce jeune cadre à l’allure soignée n’avait jamais milité avant la révolution. Depuis qu’il participe à des rassemblements, il reçoit des courriels où ses interlocuteurs, toujours anonymes, le menacent : « Même là où tu es, on t’aura. »
Neuf perturbateurs sont finalement appréhendés. Un policier confie à Azad qu’au moins deux d’entre eux détiennent des passeports diplomatiques. Shevan, Azad et Georgette Alam, elle aussi agressée, se rendent au commissariat du 2e arrondissement pour porter plainte. Le commissaire leur demande d’identifier leurs agresseurs : « Je ne voulais pas, raconte-t-il. Mais il a insisté. Quand je suis monté dans le fourgon, ils m’ont insulté et menacé en arabe. Ils me filmaient avec leur téléphone. J’en ai reconnu quatre qui m’avaient personnellement frappé. » Les agresseurs demandent à porter plainte à leur tour. Quelques heures plus tard, tout le monde est relâché.
Shevan, Azad et Georgette se font raccompagner par Salem Hassan, un militant kurde et membre fondateur de la Déclaration de Damas, et Mohamad Taha, cheville ouvrière du Comité de coordination de Paris pour le soutien à la révolution syrienne. Arrivés rue Lafayette, une voiture rouge pile à leur hauteur. Quatre hommes en descendent, armés de battes de base-ball. « Ils disaient : « Alors, fils de putes, vous faites des manifestations ? », se souvient Mohamad Taha. D’autres sont arrivés. Je me suis retrouvé immobilisé au sol, pendant qu’un homme cognait ma tête contre le trottoir. » Il a cru mourir quand il a vu la voiture rouge manoeuvrer pour l’écraser. Dans un sursaut, il se dégage et gagne un café, où Georgette et les autres ont pu se réfugier. Une vingtaine de personnes les assiègent. « Un film d’horreur, complète Mohamad. Soudain, j’ai compris ce que vivaient les Syriens au jour le jour. Je n’aurais jamais imaginé qu’il y avait des chabiha (milice de civils armés pro-régime) à Paris. J’ai reconnu au moins deux agresseurs du Châtelet. Ils nous avaient suivis. » Seuls deux assaillants ont pu être interpellés.
« PRÉTEXTE DE L’IMMUNITÉ DIPLOMATIQUE »
Shevan, Mohamad et Salem, sérieusement blessés et couverts de sang, passent la nuit à l’hôpital Lariboisière. Au petit matin, ils vont porter plainte au commissariat du 9e, d’où ils voient, médusés, deux de leurs agresseurs sortir, libres. Depuis, la peur s’est installée, même si les militants démocrates continuent de se mobiliser par des manifestations et en diffusant les informations et vidéos qu’ils reçoivent du pays. Georgette passe son temps à consulter son rétroviseur quand elle se gare dans un parking.
« Je n’avais pas conscience de prendre un risque ici », assure cette gérante d’un restaurant oriental de 43 ans, installée à Paris depuis 1985. Mohamad, lui, sursaute dès qu’on l’approche de trop près. La famille d’Azad Namo a appris ses mésaventures parisiennes par une visite des hommes au blouson de cuir. « Mon frère m’a appelé pour me dire : « S’il te plaît, toi tu es loin, ne nous fais pas d’ennuis. »« , raconte Azad. Les vieux parents du pianiste Malek Jandali, réfugié aux Etats-Unis, ont été violemment battus à Homs. Le frère de Radwan Ziadeh, un chef de file de l’opposition en exil, a été arrêté le 30 août à Damas.
L’avocate des victimes des deux tabassages du 26 août, Me Seve Aïdin, met en garde : « Je ne pourrais pas comprendre que les agresseurs présumés ne soient pas traduits en justice sous prétexte de l’immunité diplomatique. » Contrairement à Washington et Londres, le Quai d’Orsay n’a pas convoqué l’ambassadeur de Syrie pour lui exprimer son indignation. Paris a nié que les Syriens impliqués, réputés appartenir à la belle-famille de Maher Al-Assad, le frère du président, détiennent des passeports diplomatiques. Volonté de discrétion, crainte de représailles sur l’ambassadeur de France à Damas, agressé la semaine dernière par des manifestants pro-régime ? « Nous avons de très bonnes raisons de croire que l’ambassade syrienne à Paris est impliquée », assure Neil Sammonds, le coordinateur de l’enquête d’Amnesty International, qui énumère 30 cas dans huit pays, révélant le caractère systématique de la surveillance et du harcèlement.
La pratique n’est pas nouvelle. Déjà en 1982, une manifestation, entre le boulevard Saint-Germain et le siège de l’Unesco, contre le massacre de Hama avait été sauvagement attaquée par des dizaines d’agents syriens, venus spécialement de Damas. Rencontré samedi à la manifestation place du Châtelet, Salim Al-Awabdeh s’en souvient très bien : il porte encore des blessures aux mains.
Christophe Ayad
Article paru dans le Monde l’édition du 04.10.11

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Police, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.