Les prix Nobel de la Paix : Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee et Tawakkol Karman

 Nouvel Obs 07 octobre 2011

 Trois lauréates pour le Nobel de la Paix La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, et les militantes Leymah Gbowee et Tawakkol Karman ont été récompensées « pour leur lutte non violente en faveur de la sécurité des femmes
 Le prix Nobel de la paix a été conjointement attribué vendredi à deux femmes libériennes, la présidente Ellen Johnson Sirleaf et la militante Leymah Gbowee, ainsi qu’à la Yéménite Tawakkol Karman, a annoncé le comité Nobel norvégien.
Les trois lauréates sont récompensées « pour leur lutte non violente en faveur de la sécurité des femmes et de leurs droits à participer aux processus de paix », a déclaré à Oslo le président du comité Nobel norvégien, Thorbjoern Jagland.
Ellen Johnson Sirleaf, la « dame de fer »
Première femme élue chef d’Etat sur le continent africain en 2005, Ellen Johnson Sirleaf, 72 ans, avait été décrite comme la « lauréate la plus probable », par la chaîne norvégienne TV2, qui avait correctement pronostiqué le nom des deux derniers vainqueurs (Barack Obama en 2009, Liu Xiaobo en 2010).
Arrivée au pouvoir en 2005, cette « Dame de fer » a oeuvré pour la reconstruction de son pays ravagé par 14 ans de guerres civiles qui ont fait quelque 250.000 morts. L’attribution du Nobel survient quatre jours avant une élection présidentielle au cours de laquelle elle brigue un second mandat.
Leymah Gbowee, la militante pacifiste
Libérienne elle aussi, la militante Leymah Gbowee a contribué à mettre fin aux guerres civiles ayant ravagé son pays jusqu’à 2003. Depuis qu’elle s’est illustrée dans des mouvements de non-violence, cette quadragénaire de forte corpulence a gagné le surnom de « Guerrière de la paix ».
Elle a poussé les femmes libériennes à lutter contres les violences par la prière, sans distinction de religion. Le mouvement ayant pris de l’ampleur, jusqu’à la grève du sexe, elle a finalement obligé le régime de Charles Taylor à les associer aux pourparlers de paix.
 Le Nouvel Observateur – AFP

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.