La visite discrète du président Français en Azerbaïdjan.

 Nouvel Obs  vendredi, 07 octobre 2011

La fâcheuse visite de Sarkozy chez l’autocrate Aliev

Arrestation, le 2 avril à Bakou, de manifestants qui voulaient imiter le printemps arabe)
Il n’y aura pas de journalistes – seulement une ou deux caméras.
 Après l’Arménie, Nicolas Sarkozy se rend aujourd’hui discrètement en Azerbaïdjan. Il a rendez-vous avec le satrape local, Ilham Aliev. Mais il préfère que l’on parle des deux autres étapes de sa tournée caucasienne, l’Arménie et la Géorgie, plus glorieuses. 
 Depuis son virage à 180° sur les dictatures arabes, on comprend son embarras.
 Dans l’Index 2010 des démocraties publié par « The Economist », l’Azerbaïdjan était classé 135ème sur 167. L’Egypte était juste derrière, 138ème.
 Ilham Aliev est le rejeton de l’ancien patron du KGB azéri devenu président du pays en 1991. A la dernière « élection » présidentielle en 2008, le fiston obtenu 88% des suffrages. Et, deux ans plus tard, son parti a « remporté » la totalité des sièges au parlement, au cours d’élections jugées fort peu conformes aux standards démocratiques par l’OSCE.
 Quelques mois après, à Bakou, deux blogueurs récalcitrants ont été mis derrière des barreaux.
 Enfin, pas plus tard que lundi, c’est à dire quatre jours avant cette première visite d’un chef d’Etat français à Bakou, trois leaders de manifestations pacifiques, qui voulaient imiter le printemps arabe, ont été condamnés à deux ans et demi de prison – dont le jeune Tural Abbashi.
 Pour justifier une visite très realpolitik, l’Elysée insiste sur le fait qu’Aliev a fait beaucoup pour « la laïcité » dans son pays. Il y a moins d’un an, ces mêmes conseillers défendaient Ben Ali de la même façon. 
 Et puis les conseillers du chef de l’Etat rappellent que le mois dernier Total a découvert un immense champ gazier dans la partie azéri de la Mer Caspienne. 
Ils disent aussi que le pays est très riche et qu’il pourrait doter sa capitale de 54 stations de métro rénovées – un marché de plusieurs milliards pour les entreprises françaises « très bien placées » dit-on.
 Elles l’étaient aussi pour les métros du Caire et de Damas…
 Il y a quelques jours, Alain Juppé déclarait que soutenir des régimes autoritaires dans les pays arabes avait été une « erreur ». Pas dans le Caucase ?
 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.