L’Eco Centre, le commerce de proximité comme on en rêve

Ecolo Infos – 10 octobre 2011 – Laurent

La petite commune de Crolles (38, Isère) verra dans quelques mois l’ouverture d’un centre commercial pas comme les autres. Et pour cause, il réunira des commerçants locaux préoccupés par un mode de consommation plus responsable et écologique.

Le concept de l’Eco-centre est né dans l’esprit de Philippe Audfray, écologiste convaincu, parti du constat que la consommation énergétique était le défi à relever pour préserver notre environnement.

Inspiré du locavorisme et du concept américain des “100 miles” (tous les produits proviennent de moins de 100 miles), il tente de souligner l’intérêt d’une démarche orientée vers la notion de proximité au sens large – allant du fait de réunir dans un même lieu des acteurs locaux au choix d’utiliser du bois de pays pour la construction du bâtiment.

Quand proximité rime avec diversité

L’autre attrait de l’Eco-centre et la diversité de son offre. Ce projet intègre a la fois des commerces, des bureaux, des locaux pour des artisans et des logements. Je ne suis pas architecte mais il est un peu aberrant de voir à quel point l’urbanisme actuel a éloigné logements, lieux de travail et commerces… Le résultat devrait être un véritable lieu de vie qui agrège des acteurs du bio et de l’éthique et dont la mixité d’usage devrait créer une certaine synergie.

Le bâtiment de l’Eco-centre est actuellement en construction. Outre l’usage de bois local, il répondra bien sûr à la norme BBC et sera implanté autour d’un jardin central ouvert au sud afin d’optimiser son ensoleillement. Les toitures seront végétalisées et un système de récupération d’eau de pluie permettra l’arrosage du jardin. Notez que la filière bois locale, elle s’est imposée dès l’origine du projet afin de réduire l’impact carbone, de dynamiser les emplois locaux et marquer l’identité architecturale.

Commercer autrement

Du côté des commerces, on retrouve un ensemble proposant de l’alimentation, de la mode, une brasserie, un cave à vin restaurant, un salon de bien-être, etc. Ces acteurs se veulent également être un lieu d’échange et de rencontres avec des expos artistiques, de la musique, des soirées, des débats et des spectacles.

L’Eco-centre hébergera entre autre le marché Satoriz pour l’alimentation biologique, la brasserie du Chardon avec une offre de bière bio fabriquée localement, la boutique Ekeo pour des vêtements bio et éthique et Le Tonneau Gourmand, à la fois cave à vin (qui se fournit auprès de vignerons certifié Agriculture Biologique et de préférence Biodynamie) et cave à manger (produits bio et locaux).

Du point de vue des commerces, la démarche de l’Eco-centre a pour intérêt de mutualiser la clientèle et une partie de la communication pour chacun des acteurs. Dans une période où l’économie se porte mal, les acteurs éthiques ont besoin de soutenir mutuellement leur démarche et unir leur force. Une solution locale pour infléchir encore un peu plus le changement de direction vers une économie plus durable et respectueuse.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.